aas

AAS pour les culturistes seniors

aas culturiste senior

Reconnaissons-le. Vers 40 ans, on commence à voir des signes de vieillissement. On ne peut pas le nier à ce stade.

Vous n’êtes pas prêt à être vieux. Certains d’entre nous ont été des athlètes toute leur vie et ne sont pas prêts à être gros et heureux assis dans un bar sportif à regarder la balle sur un grand écran.

Vous voulez passer à autre chose. Vous cherchez donc une raison de vous sentir inférieur.

Finalement, après avoir vu une douzaine de médecins, vous en rencontrez un qui vérifie certaines valeurs endocriniennes et vous constatez que votre testostérone a diminué.

On vous dit qu’un homme normal et athlétique de 30 ans peut se trouver à environ 700 ng/dL et vous vous retrouvez à quelque chose comme 220 ng/dL.

De plus, votre IGF-1, un marqueur de la libération de GH, se situe dans le bas de la fourchette normale. Le médecin vous demande donc si vous avez déjà utilisé des stéroïdes anabolisants dans le passé.

Avez-vous subi un coup à la tête? Êtes-vous exposé à des toxines dans votre travail, etc.? Oh, merde! Votre virilité diminue.

Pas étonnant que vous regardiez les jeunes femmes comme si elles étaient toutes vos filles et que la femme semble vous gronder sans même parler. Tu deviens un vieil homme.

Vous voulez jeter les enfants hors de votre cour et garder leur balle. Le médecin dit qu’il existe plusieurs traitements et qu’il vous donne beaucoup d’antidépresseurs, quelques vitamines, du Cialis, puis il murmure quelque chose comme des injections de testostérone et des crèmes et vos oreilles s’animent.

Non, vous vous dites. Je ne vieillis pas encore, du moins pas tant qu’il y a des androgènes qui arrivent en petites bouteilles.

Il existe deux groupes généraux d’utilisateurs d’améliorateurs de performances âgés de plus de 40 ans. Les premiers sont, pour des raisons autres que l’utilisation passée d’AAS, ont une mauvaise testostérone ou sont hypo-gadaux.

Le deuxième groupe est constitué des utilisateurs réguliers, passés ou présents, de l’ASA. On pourrait penser que le premier groupe est le plus responsable des deux et qu’il s’engagerait avec diligence dans l’administration du TRT prescrit sans jamais vraiment s’aventurer au-delà des 100 ou 200 mg/w de testostérone prescrits.

Ce type de population de “vieilles vierges” peut prendre une bonne partie du composé par rapport à la deuxième population car elles n’ont pas été taxées par l’ASA dans le passé.

Les “vieilles vierges” peuvent s’en tirer pendant un certain temps, mais l’âge les rattrape aussi. Ainsi, les deux populations peuvent être traitées presque de la même manière.

Un culturiste de 60 ans.

Captura 1

Les jeunes ont tendance à faire des expériences. Il n’est pas rare de voir un utilisateur de 20 ans prendre 2 grammes ou plus d’AAS en même temps que de l’insuline et de la GH en plus des cycles peptidiques.

C’est vraiment la nature de l’homme d’expérimenter et de prendre des risques.

Il fera ce qu’il peut pour atteindre ses objectifs et l’amélioration de ses performances n’est pas différente. Bien entendu, le niveau de risque varie d’un individu à l’autre.

Certains ont plus d’instinct de conservation que d’autres. L’homme plus âgé est généralement un peu différent.

Il a vu les effets des abus sur l’amélioration des performances ou d’autres domaines de la vie et a appris de ses erreurs et de celles des autres.

Ainsi, à mesure qu’il s’approchera de l’amélioration de ses performances, l’utilisateur plus âgé recherchera généralement des résultats qui ressemblent davantage à une santé optimale, au bien-être et à une quantité décente de masse musculaire maigre, plutôt que de devenir un monstre de masse acnéique, ce qui est plus souvent l’objectif quelque peu erroné de son homologue plus jeune.

Les hommes de plus de 40 ans, utilisateurs naturels ou passés/présents de l’AAS, ont constaté une perte de vitalité, une tendance à la sensibilité aux glucides, une perte de la libido, une perte notable de force et de masse musculaire, des difficultés à perdre de la graisse corporelle, des douleurs articulaires et d’autres signes de vieillissement malheureux et inquiétants, ainsi que tous les signes d’un faible taux de testostérone (Harman 2005).

Cet état est très différent de celui du jeune homme qui est au sommet ou près du sommet de ses prouesses athlétiques et sexuelles et qui souhaite continuer à exceller.

Là où le jeune homme a une attitude de tout ou rien, vit vite, donne durement et a une attitude d’immortalité, le plus âgé a la sagesse de l’expérience passée et souhaite retrouver sa vitalité de jeunesse et peut-être même être un peu meilleur à certains égards que dans ses années d’or.

Contrairement à son jeune homologue, il est conscient de sa mortalité car il a été témoin de son propre déclin, lent mais indéniable.

Il ne souhaite pas hâter sa propre fin et se distingue du jeune homme qui ne peut imaginer que la fin puisse venir car il n’a pas de cadre de référence.

Alors comment l’homme âgé peut-il faire face à son amélioration tout en évitant les risques réels pour sa santé?

Nous devons d’abord comprendre les risques pour la santé et surtout ceux qui sont les plus dangereux pour les populations âgées.

Quels sont donc ces risques? Ils comprennent:

1. Acné gênante et/ou peau grasse

2. Transpiration excessive

3. Effets des œstrogènes tels que la gynécomastie et la rétention d’eau

4. Effets de la dihydrotestostérone tels que la calvitie masculine (MPB) et l’hyperplasie bénigne de la prostate (BPH)

5. Taux élevé de globules rouges (RBC)

6. Hypertension artérielle (BP)

7. Stress des organes

7.1. Le stress du foie

7.2. Élargissement du cœur

7.3. Lésions rénales

8. Des profils lipidiques insuffisants

9. Douleurs articulaires et arthrose

10. Conditions cardiovasculaires

Presque tous ces risques sont plus importants pour les hommes plus âgés que pour les plus jeunes. Les hommes plus âgés doivent donc prendre des précautions supplémentaires lorsqu’ils s’approchent de l’amélioration de leurs performances.

Les principales actions que l’on peut utiliser pour limiter ces effets secondaires sont la modération, l’observation, la corrélation et l’action corrective.

La modération consiste à commencer par une dose raisonnable d’un nombre limité de composés, par exemple deux.

Observer, c’est observer les effets positifs et négatifs que ce nombre limité de composés a sur la santé et le bien-être.

La corrélation signifie être capable de mettre en rapport les effets positifs et négatifs avec leur cause, c’est-à-dire si c’est la drogue ou quelque chose d’autre qui a changé.

Une action corrective consiste à modifier la dose ou à arrêter le médicament si l’effet est corrélé avec le médicament. S’il n’y a pas d’effets secondaires et très peu d’effets positifs, il peut être nécessaire d’augmenter la dose.

Si le contraire est vrai, la dose doit être réduite. Par exemple, disons que vous commencez avec 400 mg/w de testostérone avec 0,5 mg d’adex tous les deux jours.

Après environ 3 semaines, l’utilisateur devrait faire quelques observations et il ne serait pas exclu de faire des analyses de sang. L’acné, la peau grasse et la transpiration excessive sont perçues.

C’est une observation. Ceux-ci sont associés à un excès de testostérone. Il s’agit d’une corrélation. La dose est réduite à 300 mg/w. C’est la mesure corrective.

Jeffrey Life, 72 ans

Parlons maintenant des exhausteurs. Il s’agit des catégories suivantes : Peptides actifs de l’axe du SAA, hGH et GH. Il existe d’autres classes plus exotiques, mais elles seront suffisantes pour cet article.

Outre les améliorateurs de performances, trois autres éléments indispensables doivent être optimisés. Il s’agit de l’exercice, du régime alimentaire et du repos.

On pourrait dire que ces trois composantes sont beaucoup plus importantes que la catégorie des améliorateurs de performance.

Il est possible d’optimiser l’exercice, l’alimentation et le repos pour augmenter la vigueur et présenter un sentiment de bien-être plus jeune sans aucun stimulant.

Il est intéressant de noter que l’objectif est d’atteindre ce genre d’état grâce à l’exercice, au régime alimentaire et au repos, et que l’ajout d’exhausteurs n’a d’autre objectif que d’améliorer cet état de bien-être pour accentuer celui que procurent l’exercice, le régime alimentaire et le repos.

Captura 2

Pour nos besoins, le SAA peut être divisé en cinq sous-classes principales.

Il s’agit des testostérones, des injectables mous, des injectables durs, des oraux durs et des oraux mous.

Les principaux composés de chaque sous-classe sont décrits ci-dessous, ainsi qu’une suggestion de gamme de doses à utiliser chez les hommes âgés.

Tous ces chiffres sont inférieurs à ceux habituellement prescrits dans les forums de discussion et bien en deçà des tendances actuelles du culturisme compétitif, mais à mon avis, ils sont plus appropriés aux objectifs et à la sécurité de l’utilisateur âgé.

Testostérones: sont l’outil principal des utilisateurs plus âgés. La testostérone est ce qui nous manque le plus.

C’est L’HOMME que l’évolution ou Dieu ou quiconque ou quoi que vous croyiez a considéré comme ce qui fait de l’homme un homme. Dans notre jeunesse, nous en fabriquions 7 à 10 mg par jour.

Les préparations utiles de testostérone comprennent l’énanthate de testostérone, le cypionate de testostérone, le Sustanon et le propionate de testostérone.

Les trois premiers peuvent être considérés comme des préparations de moyenne à longue durée d’action. La dernière est une préparation d’acteur plus courte.

Il y a d’autres préparations qui sont soit plus longues soit plus courtes, mais celles-ci suffiront ici.

Il existe également plusieurs crèmes à la testostérone, mais le transfert à ceux avec qui vous êtes en contact physique, tels que votre conjoint, votre petite amie et vos enfants, les rend à mon avis moins souhaitables.

Les doses typiques de testostérone pour les athlètes âgés sont de 100-500 mg/w, 100-150 mg/w étant considérés comme une dose de remplacement qui produit des niveaux physiologiques.

Injectables légers : une partie de la composante androgène de la testostérone a été supprimée. Ils sont appelés androgènes cliniquement atténués (Cicardi, Castelli et al., 1997), ce qui donne une idée de leur utilisation prévue.

Elles sont anabolisantes ou formatrices de tissus et sont excellentes pour les personnes âgées qui ont besoin d’un coup de fouet pour récupérer et augmenter leur masse musculaire.

Les injectables légers courants comprennent le décanoate de nandrolone, la nandrolone (Déca duraboline), le propionate de phényle, le propionate de drostanolone (Masteron), l’énanthate de méthénolone (Primoboline) et l’undécylenate de boldénone (Equipoise).

– Les nandrolones sont très anabolisantes et se transforment en œstrogènes à un rythme beaucoup plus lent que la testostérone (Townsley et Brodie 1970).

Le métabolite de la nandrolone équivalent à la dihydrotestostérone a en fait moins d’affinité pour le récepteur des androgènes que le composé parent, de sorte que l’HBP et les BPF sont moins préoccupantes avec ces composés par rapport à une dose égale de testostérone.

Elle a tendance à augmenter excessivement les globules rouges (Bozzini et Alippi 1971 ; Gorshein, Murphy, et autres 1973) chez certains usagers, de sorte que l’hématologie doit être surveillée lors de la prise de cette drogue. 200-400 mg est une bonne fourchette pour ce médicament.

– Le propionate de drostanolone ou Masteron n’est pas aussi anabolique que la nandrolone seule, mais il est très synergique avec la testostérone. 100 mg de testostérone donneront l’impression d’être 200 mg.

C’est un dérivé de la DHT et il a une activité évidente dans le SNC, ce qui signifie qu’il s’agit d’un stimulant de l’humeur. Elle augmente également la libido de l’homme.

Pour l’utilisateur plus âgé qui souhaite améliorer son humeur et sa libido, c’est donc un bon complément. Il semble également faire durer une pompe plus longtemps et donner aux muscles un aspect plus plein.

Il est non parfumé, donc le contrôle des oestrogènes n’est pas une préoccupation pour ce médicament. Elle peut conduire à l’HBP, il faut donc l’envisager. 100-300 mg/w devraient suffire.

– L’énanthate de méthénolone ou Primobolin est considéré comme la Cadillac des injectables anabolisants par de nombreux utilisateurs. Il est fortement anabolique et présente un très faible profil d’effets secondaires.

Elle est souvent contrefaite, donc difficile à obtenir et très coûteuse. Pour ceux qui sont sujets aux effets secondaires, il s’agit probablement de l’AAS le plus exempt d’effets secondaires jamais fabriqué. 400-600 mg est approprié.

– Le Boldenone undecylenate ou Equipoise est un stéroïde vétérinaire. Il a été brièvement disponible pour un usage humain en Europe, mais a été abandonné parce qu’il provoquait l’érythrocytose et la polycythémie chez un trop grand nombre d’utilisateurs.

Cela devrait être une préoccupation et l’hématologie devrait être surveillée avec l’utilisation de ce médicament. Sinon, il s’agit d’un composé assez doux qui entraîne une lente accumulation de masse maigre.

Il aromatise l’œstrogène à environ ½ le taux de testostérone ; il contribuera donc un peu aux effets secondaires œstrogéniques chez certaines utilisatrices.

Il deviendra également un dérivé de la DHT, la dihydroboldénone, qui est plus poreuse que la forme naturelle.

Cependant, il y a peu de conversion en ce métabolite, de sorte que les effets secondaires de type DHT ne posent généralement pas de problème. 200-400 mg/w est approprié pour les utilisateurs plus âgés.

Les injectables durs : ont conservé une quantité considérable de la composante androgène, mais ont une activité anabolique nettement plus élevée que la testostérone.

Malheureusement, ils sont difficiles à utiliser pour les usagers plus âgés et ne doivent être utilisés qu’avec modération. Dans cette catégorie se trouvent les trenbolones, qui sont disponibles sous forme d’esters d’acétate, d’énanthate et de cyclohexylméthylcarbonate.

La paraboline, qui contient l’ester de cyclohexylméthylcarbonate, était la seule disponible pour l’usage humain. Normalement, à des doses supérieures à 200 mg/w, voire inférieures chez certains utilisateurs, les sueurs nocturnes, l’essoufflement et l’agressivité peuvent être problématiques.

Les utilisateurs plus âgés ont tendance à être encore moins tolérants à ces composés. Si ces composés sont utilisés, ils ne devraient pas être incorporés pendant plus de 6 semaines et, à mon avis, à une concentration de 100-300 mg/w et adaptée à la tolérance.

Oral léger : comprend l’oxandrolone (Anavar), le stanozolol (Winstrol) et la chlorhydromethyltestosterone (Turanabol). Il en existe d’autres comme l’acétate de Primobolan et certains designers, mais les trois énumérés ci-dessus suffiront aux fins de cet article.

Il est important de noter que la plupart des oraux sont alkylés avec du C17, ce qui les rend toxiques pour le foie et a également un impact négatif sur les lipides sanguins.

Anavar, Winstrol ont été approuvés pour un usage humain alors que Turanabol est plutôt un sale petit secret d’Allemagne de l’Est qui a finalement été révélé.

Aucun de ces composés ne s’aromatise, donc le contrôle des œstrogènes n’est pas un problème avec ces composés. Ils sont tous des dérivés de la DHT, mais semblent avoir au moins une partie de cette activité atténuée.

Cependant, certains utilisateurs démontrent des effets secondaires de la DHT, en particulier le MPB, et il convient donc de les surveiller avec l’utilisation. Tous prévoient une action anabolique différente.

L’Anavar est très léger et a été utilisé dans le traitement de plusieurs maladies débilitantes, notamment le syndrome de dépérissement du SIDA (Berger, Pall et al., 1996 ; Berger 2000 ; Grunfeld, Kotler et al., 2006).

Il semble être bien toléré à des doses relativement élevées allant jusqu’à 80 mg/jour dans le traitement du VIH. Le médicament est utile dans une phase de maigreur, car il a été démontré qu’il réduit la masse grasse dans les études cliniques.

Cette drogue est principalement utilisée dans le cadre d’un régime céto, avec une base de testostérone et une IA. 30 à 80 mg pendant une période pouvant aller jusqu’à 6 semaines est probablement approprié.

– Le winstrol est également un composé non aromatisant à fort potentiel anabolique. Il est utilisé dans le traitement de l’angio-oedème héréditaire.

Elle augmente la production de l’inhibiteur du C1 qui module la coagulation, les cascades fibrinolytiques et du complément (Burge 1983 ; Jentsch-Ullrich, Leuner et al., 1998).

Cela signifie que moins de liquide extracellulaire est laissé s’écouler dans ses espaces normaux, ce qui donne un aspect beaucoup plus maigre et sec (Sloane, Lee et al., 2007; Delgado, Saborido et al., 2010).

Elle entraîne également des articulations très douloureuses, probablement pour les mêmes raisons de “dessèchement”. Le dosage peut être compliqué par des douleurs articulaires.

De nombreux utilisateurs tentent d’ajuster la dose en fonction des problèmes articulaires. En outre, les Britanniques utilisent le raloxifène en même temps que le Winstrol, ce qui semble contrecarrer la douleur.

Le raloxifène est un SERM utilisé pour le traitement de l’ostéoporose, il a donc probablement une action positive sur les articulations et les tissus osseux, ce qui augmente la douleur. Les AINS semblent également être utiles.

Il existe des preuves que les douleurs articulaires sont également liées à une libération accrue de cytokines inflammatoires, de sorte que les AINS pourraient contrecarrer leur libération.

Les doses sont comprises entre 20 et 30 mg. Les jeunes utilisateurs semblent tolérer des doses plus élevées, mais il s’agit d’un ASA que les utilisateurs plus âgés ont tendance à moins tolérer.

Cependant, s’ils sont bien tolérés, l’anabolisme prononcé et la réduction du liquide extracellulaire donnent un effet cosmétique très attrayant.

– Le Turanabol est très similaire à l’Anavar mais plus fort. Il y a un effet de durcissement musculaire certain, mais 20 à 40 mg devraient causer peu d’effets négatifs.

Les douleurs articulaires doivent être contrôlées. Comme les utilisateurs âgés souffrent plus souvent de problèmes articulaires, cela peut être préoccupant, comme dans le cas de Winstrol.

Oral dur : comprend la méthandrosténolone (Dianabol) et l’oxymétholone (Anadrol). Les deux peuvent provoquer des effets secondaires oestrogéniques, bien que par des mécanismes ou des voies différentes.

À fortes doses, les deux peuvent provoquer des effets secondaires importants tels que l’hypertension, la gynécomastie et d’autres effets oestrogéniques tels qu’une rétention d’eau importante.

La fluoxymesterone (Halotestin) est une autre substance dure à prendre par voie orale, mais elle n’est pas aromatique.

– Le Dianabol était la principale drogue utilisée dans le culturisme et les sports de force dans les années 1950, 1960 et 1970. Il était et est toujours très efficace.

Mais nous devons réaliser que c’était la première tentative de développer un androgène atténué pour l’utiliser comme anabolisant, donc c’est loin d’être parfait.

Comme mentionné précédemment, il est sensiblement aromatisé et plus puissant que l’oestradiol, qui est responsable de la rétention d’eau caractéristique de ce médicament.

Cela peut être plus préjudiciable chez l’utilisateur âgé, où la rétention d’eau est plus souvent une condition préexistante ou la propension à la rétention est plus élevée.

Les doses efficaces de ce médicament peuvent être aussi faibles que 10 mg. La gamme de dosage est de 10 à 30 mg pour une durée maximale de 6 semaines.

La rétention d’eau, la pression sanguine et l’hématologie doivent être contrôlées avec ce médicament. Comme pour toutes les affections buccales, les lipides du foie et du sang sont préoccupants.

L’anadrol permet une augmentation rapide et temporaire de la force et de la taille. Il ne s’aromatise pas, mais semble agir sans modification du récepteur d’œstrogène.

Par conséquent, les effets œstrogéniques ne peuvent pas être évités par l’IA. L’utilisation d’un SERM tel que le tamoxifène peut être utile, mais elle semble compliquée par la possibilité que l’Anadrol stimule le récepteur de la progestérone (RP) et que le tamoxifène augmente le RP dans certains tissus.

Les effets secondaires peuvent être dramatiques et comprennent la léthargie, des symptômes de type grippal, la tachycardie, l’hypertension, des niveaux élevés de globules rouges, la toxicité du foie et une grave rétention d’eau.

À mon avis, ce médicament n’est pas utile pour les personnes âgées. D’autres options doivent être envisagées avant d’utiliser ce composé. Les doses sont de l’ordre de 50-100 mg/jour et ne dépassent pas 4 semaines.

L’halotest exerce un puissant effet durcissant, au moins en partie, par la modulation de la signalisation des glucocorticoïdes. Il y a également une augmentation temporaire significative de la force.

Il y a très peu de rétention d’eau. Cependant, ce médicament est hépatotoxique, entraîne une hypertension et a un effet négatif sur les lipides sanguins.

Il est difficile de tolérer pour la plupart des gens une dose supérieure à 20 mg/jour et ce n’est certainement pas mieux chez les utilisateurs plus âgés. L’utilisation doit être limitée à 4 semaines au maximum.

Amélioration de l’axe de l’hormone de croissance

Les médicaments dont je parlerai se limiteront à la somatotrophine (hGH), aux GHRP-6 et -2, à l’Ipamorelin, au GRF 1-29 et au CJC 1295DAC. Il en existe d’autres, mais ce sont les principaux composés actuellement utilisés.

L’hormone de croissance est libérée sous une forme pulsatile par l’hypophyse, avec une pulsation majeure se produisant la nuit pendant le sommeil (Kasting, Martin et al., 1981 ; Stewart, Clifton et al., 1985).

En vieillissant, nous perdons l’ampleur et la sécrétion globale de l’hormone de croissance. Cette protéine est une hormone maîtresse qui, une fois libérée, provoque la libération d’une cascade de facteurs de croissance.

Ils sont collectivement appelés somatomédines (Cohen et Fyffe 1980 ; Froesch et Zapf 1980) et comprennent des facteurs tels que l’IGF-1, -2 et la vitronectine.

Ces hormones, ainsi que d’autres, sont à l’origine de la plupart des processus de renouvellement de l’organisme. En vieillissant, leur production réduite contribue au processus global de vieillissement, car les processus de réparation et de renouvellement sont diminués.

Les composés ci-dessus peuvent être utilisés pour restaurer la somatotrophine soit par remplacement, soit en chatouillant l’hypophyse pour en sécréter des quantités plus jeunes ou même plus importantes.

Certains de ces peptides ont une activité anti-inflammatoire (Granado, Priego et al., 2005). Les moyens de les utiliser sont décrits et suggérés ci-dessous.

hGH : comme décrit ci-dessus, c’est l’hormone maîtresse du corps. Chez les hommes, la quantité de somatotropine sécrétée par jour est de l’ordre de 1 à 2 ui et cette dose est considérée comme une dose de remplacement complète (Jorge, Marchisotti et al., 2006 ; Gotherstrom, Bengtsson et al., 2007).

Avec cette dose administrée quotidiennement ou selon un calendrier de 5 à 2, la plupart des personnes âgées déficientes font état d’une restauration de la vitalité, d’une peau plus souple, d’un meilleur sommeil, d’une perte de graisse et d’une amélioration de la masse et du tonus musculaires.

Comme il est utilisé pour améliorer les performances ou la vitalité, 1 à 4 unités suffisent chez les hommes âgés. Les effets secondaires comprennent la rétention d’eau, les douleurs articulaires et le syndrome du canal carpien.

Il est conseillé de commencer avec une dose plus faible, par exemple 1 iu/d, et d’augmenter la dose de 50 % toutes les 1 à 2 semaines pour éviter les effets secondaires.

Si les effets secondaires persistent, la dose doit être réduite jusqu’à ce qu’elle devienne tolérable.

– Les GHRP-6, -2 et l’impémoréline sont tous similaires en termes de composition et d’effet (Shimatsu 2004). En plus de provoquer la libération de GH, ils peuvent également provoquer la libération d’ACTH et de prolactine, mais ces dernières sont transitoires et l’intensité de la libération diminue dans l’ordre où elles sont énumérées (Carmignac, Bennett et al. 1998).

Le GHRP-6 est le plus puissant des trois pour l’appétit. Dans tous les cas, la dose est proche de la saturation à 100 ug, mais un effet plus important peut être obtenu avec des injections bolus allant jusqu’à 300 ug.

Certains gourous de l’internet conseillent l’injection de 100 ug 3 fois par jour. La dose thérapeutique est de 100-200 ug avant le coucher. Le GHRP-2 et l’Ipamorelin sont plus actifs que le GHRP-6, donc moins c’est plus.

La dose doit être prise à jeun, sans nourriture, au moins 30 minutes avant ou après la dose. Les aliments protéinés sont bien, mais pas les glucides ou les graisses, car ils inhibent le pouls.

GRF-1-29 et CJC 1295 DAC : sont similaires. Le premier est rapide et exerce son action et est métabolisé en quelques minutes (Losa, Schopohl et al. 1984).

Le CJC 1295 DAC a été modifié pour l’associer à sa protéine de liaison, qui reste séquestrée en équilibre avec le plasma, prolongeant ainsi sa vie active pendant plusieurs jours (Teichman, Neale et al. 2006). Il augmentera le niveau de base de la sécrétion de GH tout en permettant aux pics de pulsation de s’élever plus haut que ce qui est naturellement possible.

Certains gourous de l’internet affirment que le CJC1295 DAC provoque des hémorragies de la GH, ce qui signifie que la libération lente de la GH entraîne une déplétion de la somatotrophine et une perte d’effet.

D’autres prétendent que ce n’est pas le cas. La littérature semble soutenir ce dernier cas. Le GFR1-29 est utilisé à raison de 50-100 ug 1-3 fois par jour et peut être utilisé conjointement avec le GHRP ou l’Ipamorelin.

Le CJC 1295 est administré 1 à 2 fois par semaine à raison de 1 à 2 mg par dose.

Exemple de liste

Ces piles supposent que l’utilisateur est sous traitement de remplacement de la testostérone et qu’un test physique et sanguin a été effectué récemment avec succès.

Il est conseillé de donner du sang toutes les 8 semaines pour compenser l’augmentation des globules rouges. Plus de 15 % des hommes de plus de 40 ans présenteront une érythrocytose avec une seule dose de testostérone de substitution et les risques augmentent avec la dose, on peut donc supposer que la plupart des hommes âgés sont susceptibles de présenter une érythrocytose (Coviello, Kaplan et al., 2008 ; Bachman, Feng et al., 2010).

La durée du cycle est de 8 semaines, au terme desquelles l’utilisateur doit à nouveau recevoir une dose réelle de testostérone TRT. La GH et/ou la GHRP/GRF peuvent être poursuivies à des doses thérapeutiques.

Liste 1 :

Cypionate de testostérone 300 mg/w

Duraboline 300 mg/w

GH 2 iu 5/2

Adex 0,5 mg EOD

hCG 250 iu EOD

Liste 2 :

Énanthate de testostérone 300 mg/w

Primoboline 400 mg/w

GHRP-2 200 ug avant le lit 5/2

Adex 0,5 mg EOD

hCG 250 iu EOD

Liste 3 :

Sustanon 400 mg/w

Duraboline déca 300 mg

Ipamorelin 200 ug avant le lit 5/2

GRF1-29 100 ug avant le lit 5/2

Létrozole 0,5 mg EOD

hCG 250 iu EOD

Liste 4 :

Cypionate 300 mg/w

Anavar 30-50 mg/jour

GHRP-2 200 ug avant le lit 5/2

Adex 0,5 mg EOD

hCG 250 iu EOD

Il est prudent d’établir une série de marqueurs des effets secondaires à observer avant d’entrer dans un cycle. C’est possible:

1. les symptômes de la gynécomastie

2. la rétention d’eau

3. les signes de l’HBP

4. acne

5. changements dans la libido

6. transpiration excessive

7. changements dans la condition cardiovasculaire

Ils peuvent être notés de 1 à 10 et évalués initialement avant de commencer la pile et au fur et à mesure de l’avancement du traitement. S’ils augmentent de manière significative, par exemple, la dose peut être ajustée à la baisse.

Si, par exemple, 1 et 2 augmentent, mais que les autres restent constants, l’IA peut être augmentée. Si 3-4 des marqueurs sont relevés, la batterie peut être arrêtée ou la dose diminuée par ¼ à ½. Si les marqueurs ne changent pas, il peut être approprié d’augmenter la dose.

Je préfère augmenter l’anabolisant plutôt que la testostérone car l’augmentation du test peut parfois entraîner une baisse de la libido par conversion en œstrogène ou même une surstimulation du système limbique avec une DHT élevée.

Le déca-durabolin peut être difficile. La hCG est utile pour la présence de la DE. De plus, 50 à 100 mg de Masteron sont souvent utiles. Certains ne jurent que par le pramipexole, un agoniste du D2, mais les effets secondaires de la solution elle-même peuvent la rendre encore plus malheureuse.

Il est préférable de commencer avec une dose plus faible et d’ajuster à la hausse plutôt que d’être emporté par une série d’effets secondaires et d’essayer d’éteindre les incendies.

Régime alimentaire

C’est probablement la partie la plus importante de la santé, du bien-être et de l’apparence générale.

Tout le monde doit trouver des aliments qui permettent de constituer une masse maigre et de rester en bonne santé. Pour moi, il y a essentiellement 15 aliments qui le sont :

  • Poitrine de poulet
  • Tilapia/Tuna
  • Viande hachée maigre
  • Isolat de lactosérum
  • Oeufs/blancs d’oeufs
  • Riz basmati
  • Pommes de terre
  • Patates douces
  • Brocoli
  • Pois
  • Carottes
  • Huile d’olive
  • Amandes/Aliments de mer
  • Les fruits sont parfois bons.

Il est difficile de devenir très gros si l’on s’en tient à ces aliments. Le régime alimentaire doit se composer de 4 à 6 repas par jour de 300 à 800 calories par séance.

L’apport en protéines est primordial et doit être de 1 à 1,5 gramme par livre de poids corporel. Pour ceux qui sont sensibles aux glucides, je recommande de ne pas dépasser 1 à 1,25 gramme par livre de poids corporel.

Pour un homme de 200 livres, cela représente environ 900 + 900 = 1800 calories. Avec un régime typique de 3000 calories qui laisse environ 130 grammes de graisse.

Une fois le nombre de calories indiqué, vous saurez quelles macros fonctionnent le mieux pour vous et quelles sont les calories d’entretien dont vous avez besoin.

Pour réduire la graisse corporelle, il faut diminuer la quantité de graisse et de glucides. Gardez toujours un taux de protéines élevé.

Les protéines sont converties en glucose et le squelette carboné des graisses est important pour de nombreux composants lipidiques de l’organisme, en particulier pour le fonctionnement du SNC.

Les glucides sont quelque peu sacrifiables puisque nous avons la synthèse du glycogène dans les problèmes musculaires et hépatiques, ce qui conduit à des niveaux de glucose sanguin stables chez la personne en bonne santé.

Références

  • Bachman, E., R. Feng, et autres (2010). “La testostérone supprime l’hépcidine chez l’homme : un mécanisme potentiel d’érythrocytose induite par la testostérone. J Clin Endocrinol Metab 95(10) : 4743-4747.
  • Berger, J. R. (2000). “Exercice de résistance et oxandrolone pour les hommes ayant une perte de poids liée au VIH. JAMA 284(2) : 176 ; réponse de l’auteur 177.
  • Berger, J. R., L. Pall, et autres (1996). “L’oxandrolone dans la myopathie du sida”. AIDES 10(14) : 1657-1662.
  • Bozzini, C. E. et R. M. Alippi (1971). “L’effet érythrogène des stéroïdes avec une activité anabolique ou androgène prédominante chez la souris polycythémique”. Horm Metab Res 3(1) : 52-54.
  • Burge, J. J. (1983). “Déficience en inhibiteur C1 (angio-oedème héréditaire) : rapport de cas et examen”. Va Med 110(12) : 706-711.
  • Carmignac, D. F., P. A. Bennett, et autres (1998). “Effets des sécrétagogues de l’hormone de croissance sur la libération de prolactine chez les rats nains anesthésiés (dw/dw). Endocrinologie 139(8) : 3590-3596.
  • Cicardi, M., R. Castelli, et autres (1997). “Effets secondaires de la prophylaxie à long terme avec des androgènes atténués dans l’angio-oedème héréditaire : comparaison des patients traités et non traités. J Allergy Clin Immunol 99(2) : 194-196.
  • Cohen, H. N. et J. A. Fyffe (1980). “Somatomédines et autres facteurs de croissance sérique : revue des concepts actuels”. Scott Med J 25(1) : 50-57.
  • Coviello, A. D., B. Kaplan, et autres (2008). “Effets de doses graduées de testostérone sur l’érythropoïèse chez les hommes jeunes et âgés en bonne santé. J Clin Endocrinol Metab 93(3) : 914-919.
  • Delgado, J., A. Saborido, et al. (2010). “Un traitement prolongé avec le stéroïde anabolisant et androgène stanozolol augmente les défenses antioxydantes des muscles squelettiques du rat. J Physiol Biochem 66(1) : 63-71.
  • Froesch, E. R. et J. Zapf (1980). “Facteurs de croissance avec des situations identiques pour l’insuline : IGF I et II, NSILA et somatomédines (traduction de l’auteur)]. Ann Endocrinol (Paris) 41(6) : 502-511.
  • Gorshein, D., S. Murphy, et al. (1973). “Étude comparative sur les effets érythropoïétiques des androgènes et leur mode d’action. J Appl Physiol 35(3) : 276-278.
  • Gotherstrom, G., B. A. Bengtsson, et autres (2007). “Le remplacement de la GH sur dix ans augmente la densité minérale osseuse chez les patients hypopituitaires présentant une déficience en GH à l’âge adulte. Eur J Endocrinol 156(1) : 55-64.
  • Granado, M., T. Priego, et autres (2005). “Effet anti-inflammatoire du peptide 2 libérant l’hormone de croissance agoniste de la ghréline (GHRP-2) chez les rats arthritiques. Am J Physiol Endocrinol Metab 288(3) : E486-492.
  • Grunfeld, C., D. P. Kotler, et autres (2006). “L’oxandrolone dans le traitement de la perte de poids associée au VIH chez les hommes : une étude randomisée, en double aveugle et contrôlée par placebo. J Acquir Immune Defic Syndr 41(3) : 304-314.
  • Harman, S. M. (2005). “La testostérone chez les hommes âgés d’après le rapport de l’Institut de médecine : où allons-nous à partir de là ? Climactérique 8(2) : 124-135.
  • Jentsch-Ullrich, K., S. Leuner, et autres (1998). “[Angio-œdème causé par une déficience de l’inhibiteur de la C1 estérase].” Dtsch Med Wochenschr 123(23) : 737-740.
  • Jorge, A. A., F. G. Marchisotti, et autres (2006). “Pharmacogénétique de l’hormone de croissance (GH) : influence de la rétention ou de la délétion de l’exon 3 du récepteur de la GH sur la réponse de croissance de la première année et sur la taille finale chez les patients présentant une déficience sévère en GH. J Clin Endocrinol Metab 91(3) : 1076-1080.
  • Kasting, N. W., J. B. Martin, et autres (1981). “Libération pulsatile de somatostatine à partir de l’éminence médiane du rat non anesthésié et sa relation avec les niveaux d’hormone de croissance plasmatique. Endocrinologie 109(5) : 1739-1745.
  • Losa, M., J. Schopohl, et autres (1984). “Stimulation de la sécrétion d’hormones de croissance avec des facteurs de libération d’hormones de croissance humaines (GRF1-44, GRF1-40, GRF1-29) chez des sujets normaux. Klin Wochenschr 62(23) : 1140-1143.
  • Shimatsu, A. (2004). “[Médicaments liés à la ghréline : perspectives cliniques].” Nippon Rinsho 62 Suppl 9 : 435-438.
  • Sloane, D. E., C. W. Lee, et autres (2007). “Angio-oedème héréditaire : Sécurité du traitement au stanozolol à long terme. J Allergy Clin Immunol 120(3) : 654-658.
  • Stewart, J. K., D. K. Clifton, et autres (1985). “Libération pulsatile de l’hormone de croissance et de la prolactine du primate pituitaire in vitro.” Endocrinologie 116(1) : 1-5.
  • Teichman, S. L., A. Neale, et autres (2006). “Stimulation prolongée de la sécrétion de l’hormone de croissance (GH) et du facteur de croissance I analogue à l’insuline par le CJC-1295, un analogue de l’hormone de libération de la GH à action prolongée, chez des adultes en bonne santé. J Clin Endocrinol Metab 91(3) : 799-805.
  • Townsley, J. D. et H. J. Brodie (1970). “Faible conversion de la 19-nortestostérone en oestrogènes urinaires”. Lancet 2(7681) : 1039.

TU POURRAIS L'AIMER AUSSI

sarm
Articles

Guide complet des SARM en culturisme

Les modulateurs sélectifs des récepteurs d’androgènes (SARM) sont devenus un mot à la mode ces dernières années parmi un large éventail de personnes : des

Lire la suite

Laisser un commentaire