proviron

8 nouvelles sur le Proviron

provironUn nouvel article de blog sur un vieux stéroïde, pourquoi? Je faisais des recherches sur les composés qui influencent la libido, directement ou en conjonction avec d’autres composés.

Un de mes clients m’a dit qu’il utilisait également Proviron avec Sustanon comme thérapie hormonale de substitution, notamment parce que cela a influencé positivement sa vie sexuelle et a bien fonctionné avec Sustanon

 En parlant de cela avec un autre ami qui dirige une salle de gym et prépare des hommes et des femmes à des concours, il m’a aussi dit qu’il aimait beaucoup le mesteronole (Proviron) et qu’il l’utilisait pour diverses raisons mais surtout pour préparer des concours.

Cela m’a fait penser à mon ami Harry. J’ai beaucoup publié sur sa consommation de drogue.

Harry a vécu sa vie avec une obsession pour son corps, son apparence et ses performances sexuelles. Il n’a pas fait de discrimination à cet égard, et il a fait l’amour aussi bien à des hommes qu’à des femmes.

Il a également été acteur dans des films pornographiques. Il était donc un expert de ce qui marchait ou ne marchait pas pour lui, surtout ou en fait toujours polypharmaceutique. 

proviron

 Et il prenait aussi 150 mg de Proviron par jour quand il en avait besoin. Il m’a dit que cela augmentait son volume d’éjaculation, et aussi son plaisir orgasmique et sa libido en général.

Alors oui, voyons ce qui a changé dans nos réflexions sur la cholestérolone et les recherches correspondantes.

La cholestérolone est l’un des plus anciens stéroïdes anabolisants datant des années 1930, avec la méthyl-testostérone et le propionate de testostérone (même ces stéroïdes sont toujours utilisés).

Les applications de la molestérolone ne sont pas encore assez bien connues, comme le démontrent plusieurs études récentes.

Au départ, ces stéroïdes étaient utilisés pour améliorer le bien-être des hommes âgés ainsi que pour améliorer l’humeur et la qualité de vie en général. 

Un groupe de chercheurs brésiliens, parfois complétés par des chercheurs américains, dirigé par Karina Fontana, mène une série d’études sur les effets du Proviron dans différents groupes de souris.

Ces études ont été conçues pour obtenir plus d’informations sur les conséquences de ce qu’ils pensent, des doses supra-physiologiques de stéroïdes anabolisants sous forme de molestérolone. 

Pourquoi la molestérolone et non la testostérone, le prototype des stéroïdes anabolisants androgènes?

Il y a plusieurs raisons à cela: la biodisponibilité orale, l’absence d’hépatoxicité ou de formation de plaies par injection, et les lésions hépatiques qui fausseraient les résultats.

Je sais que de nombreux lecteurs détestent les études scientifiques, surtout si elles sont faites sur des souris ou des rats. Ce groupe de chercheurs utilise cependant des souris spécialement élevées.

Les résultats sont remarquables et contredisent souvent la rhétorique de la science qui semble si claire dans les différents forums de discussion. Prenez le temps de lire les résumés et les conclusions.

L’effet néfaste du stéroïde anabolisant androgène Proviron sur le remodelage cardiaque et le profil lipoprotéique est atténué avec l’entraînement à l’exercice aérobique. Karina Fontana, Helena Coutinho Franco Oliveira, Marta Beatriz Leonardo, Carlos Alberto Mandarim-de-Lacerda et Maria Alice da Cruz-Höfling 2008:

“L’abus de stéroïdes androgènes anabolisants (SAA) pour améliorer les performances physiques est associé à des effets indésirables graves, parfois mortels. L’objectif du présent travail était d’étudier les effets de l’AAS sur la structure cardiaque et le profil des lipoprotéines plasmatiques, isolément et en combinaison avec l’exercice.

Des souris sédentaires et exercées (courant sur un tapis roulant, cinq fois par semaine pendant 6 semaines) ont été traitées avec du Proviron (2 μg/g de poids corporel) ou avec un véhicule (C-control).

Captura 2

L’entraînement physique a induit des effets bénéfiques, tels que l’hypertrophie physiologique des cardiomyocytes, l’augmentation de la circulation myocardique et la diminution de l’interstitium cardiaque.

Cependant, la molestérolone a altéré ces augmentations physiologiques et a également augmenté les niveaux de troponine T plasmatique chez les souris sédentaires et les souris d’exercice. 

 Ainsi, alors que la cholestérolone induit un profil lipoprotéique proathérogène et une hypertrophie cardiaque pathogène, l’exercice physique a contrecarré ces effets et modifié favorablement à la fois le profil lipoprotéique et le remodelage cardiaque induit par la cholestérolone.

Phénotype nucléaire des hépatocytes: le croisement entre les stéroïdes anabolisants androgènes et l’exercice chez les souris transgéniques. Fontana K, Aldrovani M, de Paoli F, Oliveira HC, de Campos Vidal B, da Cruz-Höfling MA 2008:

“L’utilisation croissante et aveugle de stéroïdes androgènes anabolisants (SAA) à forte dose chez les jeunes et les athlètes a suscité de graves inquiétudes quant à leurs effets hépatotoxiques.

Dans ce cas, l’influence de l’ASA sur le phénotype nucléaire des hépatocytes a été étudiée chez des souris sédentaires et entraînées, qui sont hétérozygotes pour l’homme”. 

Cinq groupes comprenant des souris exercées sur tapis roulant (Ex) et des souris sédentaires (Sed) ont été testés et ont reçu du Proviron (ASA) ou de la gomme arabique (GA) ainsi qu’un témoin à blanc sédentaire.

Dans cette étude, l’analyse d’images a permis de suivre la réponse nucléaire à la cholestérolone et l’action de l’exercice physique dans les cellules du foie, dont le mécanisme moléculaire est en perspective.

En conclusion, la présente étude est pionnière dans la démonstration que l’utilisation chronique du Proviron affecte dynamiquement l’état de condensation et la texture de la chromatine, les paramètres géométriques et les valeurs Feulgen-ADN dans les noyaux hépatocytaires de souris sédentaires et entraînées.

La cholestérolone a induit la plus forte teneur en Feulgen-ADN chez les souris sédentaires, ce qui est crédité à la fois au nombre accru de cellules polyploïdes et au déballage de la chromatine associé à la taille accrue du noyau.

L’évaluation du phénotype nucléaire par l’analyse d’images peut donner des indices sur les mécanismes qui sous-tendent les effets de l’ASA et son interaction avec les effets de l’exercice sur l’activation ou la répression transcriptionnelle des gènes eucaryotes.

Cette étude, qui utilise une souche de souris lipidique semblable à celle de l’homme, fait partie d’une étude complète visant à mieux comprendre les effets de l’abus d’AAS.

Nous pensons que cette étude nous permettra de poursuivre les recherches afin de comprendre les mécanismes par lesquels les altérations génétiques et/ou les facteurs épigénétiques provoqués par l’utilisation de l’AAS peuvent être liés au dysfonctionnement hépatocellulaire.

Dans une étude récente, nous avons démontré que le stéroïde androgène anabolique Proviron provoquait un remodelage cardiaque défavorable et un profil lipoprotéique athérogène sévère chez des souris transgéniques sédentaires qui expriment la protéine de transfert d’ester de cholestérol (HCT) humaine et sont un knockout du récepteur de lipoprotéine de basse densité (LDLr) (Fontana et al., 2008).

En revanche, chez les souris exerçant la cholestérolone, le remodelage cardiaque et le profil lipoprotéinique défavorables étaient nettement émoussés”.

Effet de l’exercice aérobique de haute intensité et de la molestérolone sur le remodelage du tendon d’Achille chez la souris C57BL/6 Fontana et toutes les souris transgéniques de 2010:

“L’effet de la mésesterolone et de l’entraînement intensif sur tapis roulant (6 semaines, 5 jours/semaine, soit: 15,82 m/min et 45,8 min/jour) sur le remodelage du tendon d’Achille a été évalué.

Des souris sédentaires traitées à la cholestérolone ou par un véhicule (placebo) et l’exercice correspondant (avec et sans cholestérolone) ont été examinés.

Conclusion: “Ainsi, les stimuli mécaniques et la cholestérolone modifient la morphologie des ténocytes et la composition des tendons, probablement par fibrillation et/ou augmentation de la réticulation intermoléculaire.

L’effet ergogène est démontré par l’activation de la synthèse de protéines collagènes et non collagènes et l’augmentation du diamètre et de la surface des fibrilles de collagène. Cette étude pourrait être pertinente pour la médecine sportive clinique”.

Morphological changes in murine skeletal muscle in response to exercise and Proviron Fontana K, White KE, Campos GE, da Cruz-Höfling MA, Harris JB. 2010:

“La microscopie optique et électronique et la morphométrie quantitative ont été utilisées pour déterminer les effets de l’exercice et du cholestérolone sur les muscles soléaires des souris.

L’exercice et la cholestérolone ont tous deux provoqué une hypertrophie significative des fibres musculaires extrafusales. L’hypertrophie des fibres de type I était plus importante que l’hypertrophie des fibres de type II. Il n’y a pas eu d’hyperplasie.

Les mitochondries étaient plus nombreuses et plus grandes que dans les muscles des animaux sédentaires. La capillarité a augmenté et de petites fibres musculaires à noyau central sont apparues, généralement en petits groupes et plus souvent dans les muscles d’animaux exposés à la molestérolone. 

Une petite proportion des cellules satellites montrait des signes d’activation, mais il y en avait plus dans les muscles des animaux traités à la mésesterolone qu’après l’exercice.

Les muscles des animaux qui avaient été exercés et traités avec de la molestérolone présentaient les plus grands changements: la masse musculaire et l’hypertrophie des fibres musculaires étaient plus importantes que dans tous les autres groupes d’animaux, la capillarité était plus élevée, et 30% de toutes les cellules satellites reconnues présentaient des signes d’activation. 

Dans ces muscles, des groupes de petites fibres musculaires avec un noyau central étaient couramment observés. Ils semblent être le résultat de divisions en forme de germes de fibres musculaires existantes. L’exercice et le cholestérolone, seuls ou en combinaison, ont entraîné une augmentation de la proportion de fibres musculaires de type I et une diminution de la proportion de type II.”

Régulation de l’oxyde nitrique synthase neuronale et endothéliale par le stéroïde anabolisant androgène dans les muscles squelettiques K Fontana, T Rocha, MA da Cruz-Hoefling 2012:

“Les stéroïdes androgènes anabolisants (SAA) et l’exercice physique ont des effets comparables sur la différenciation myogénique, le développement de la force, la croissance des fibres et la plasticité des muscles squelettiques. 

L’implication de l’oxyde nitrique synthétase (NOS) dans ces effets n’a été démontrée qu’en réponse à l’exercice physique. En utilisant l’immunohistochimie et le Western Blotting, nous avons examiné l’effet de l’ASA sur l’expression des isoformes NOS I et III dans trois muscles.

Des souris ayant un profil lipidique similaire à celui des humains ont été utilisées. Des souris sédentaires ou en exercice, soumises à six semaines de course aérobique sur tapis roulant (une heure/jour, 5 jours/semaine), ont reçu du Proviron .

La cholestérolone administrée aux souris sédentaires a augmenté de manière significative la NOS I dans l’AT et la SOL et la NOS III dans les trois muscles. La cholestérolone administrée à des souris exercées a augmenté la NOS I dans les trois muscles et la NOS III dans les TA et SOL. L’exercice chez des souris traitées à la mésestérolone a produit une forte augmentation de l’expression des NOS I”.

Cela peut être considéré comme une indication du mécanisme de signalisation complexe NOS/NO lié aux effets de l’AAS sur les caractéristiques métaboliques/physiologiques du muscle.

Effets des stéroïdes anabolisants et de l’exercice aérobie de haute intensité sur les muscles du squelette chez les souris transgéniques Fontana et tout le 2013:

muscle

Dans le cadre d’une étude de 6 semaines sur les rongeurs, les scientifiques brésiliens Karina Fontana, Gerson E. R. Campos, Robert S. Staron et Maria Alice da Cruz-Höfling ont entrepris une étude pour examiner les effets du Proviron (1-alpha-méthyl-DHT ou Proviron®) sur la composition du type de fibres et la section transversale des fibres musculaires squelettiques chez des souris transgéniques à haute intensité, exercées en aérobie. 

L’objectif était donc d’étudier le rôle de la molestérolone dans un environnement supposé catabolique.

L’interaction du traitement hormonal anabolique et de l’exercice aérobique de haute intensité (HIT) produit-elle une augmentation de la masse musculaire et une redistribution des types de fibres musculaires squelettiques?

Les muscles ayant des propriétés métaboliques et contractives différentes (c’est-à-dire rapides/glycolytiques contre lentes/oxydatives) se modulent-ils différemment par un traitement aux stéroïdes androgènes anabolisants combiné à un programme d’entraînement de haute intensité et d’endurance?

Ainsi, trois muscles squelettiques ont été étudiés dans ces conditions expérimentales: le soléaire (SOL), le tibialis anterior (TA) et le gastrocnémien (GA).

Les animaux ont reçu de la gomme arabique ou un dérivé de la dihydrotestostérone, le Proviron (M) (2 mg/kg de poids corporel), pendant les 3 dernières semaines de l’étude (3j/semaine: lundi, mercredi et vendredi).

La quantité de Proviron administrée par semaine (6 mg/kg) est considérée comme une dose élevée (supra-thérapeutique) et est comparable aux doses supposées utilisées chez l’homme.

Ce que les chercheurs considèrent comme supra-thérapeutique (ou une dose exceptionnellement élevée) est en fait une dose exceptionnellement faible.

Les rongeurs reçoivent 3x2mg/kg de Proviron  par semaine les lundis, mercredis et vendredis. DOSE HUMAINE ÉQUIVALENTE (DHE) = 2 mg/kg pour une souris = 2 x [3 / 37] = 0,162 mg/kg, pour un athlète de 100 kg soit 16 mg. Les culturistes et les athlètes utilisent normalement 50-150 mg/jour. 

La cholestérolone (1 alpha-méthyl-17 bêta-hydroxy-5 alpha-androstan-3-one) a été choisie pour trois raisons: elle peut être administrée par voie orale en évitant la formation de plaies par injection et, en tant que dérivé non alpha-alkylé de la testostérone, elle présente une faible hépatotoxicité.

En général, il est difficile d’expliquer des résultats aussi variés sur les effets du traitement à l’AAS sur le type de fibre et la distribution des tailles. Les preuves contradictoires peuvent être dues à divers facteurs: espèce, choix des muscles, densité des récepteurs androgènes, méthodologie de typage des fibres, dose/type d’AAS, mode d’administration, durée de l’étude, sexe, âge et niveau d’activité. 

Dans la présente étude, nous avons pu détecter des changements subtils dans la distribution des types de fibres en utilisant l’histochimie raffinée de la mATPase pour délimiter la gamme complète des types de fibres pures/hybrides. 

proviron muscle culturiste

Les études précédentes de l’AAS ont séparé les fibres en deux ou trois grandes catégories, et n’ont donc probablement pas pu détecter les changements subtils dans la composition des types de fibres.

Les données de la présente étude suggèrent une réponse différentielle de l’AAS entre les muscles lents et les muscles rapides. 

La cholestérolone a induit des changements adaptatifs différentiels dans les muscles des membres postérieurs des souris transgéniques, ce qui équivaut à des transformations significatives du type de fibre, de rapide à lent, dans le muscle soléaire lent, avec un effet minimal sur les muscles à prédominance rapide.

Le cholestérolone et l’exercice physique ont chacun induit des augmentations comparables de la taille des principaux types de fibres dans les trois muscles. Cependant, l’ASA plus l’exercice physique a eu un effet cumulatif qui a entraîné une hypertrophie supplémentaire.

 Les résultats montrent que dans ce modèle murin transgénique, la dépense calorique induite par un programme d’exercice exigeant sur le plan métabolique s’est superposée à la synthèse de protéines, entraînant une augmentation de la masse musculaire, qui a été renforcée chez les animaux entraînés traités à la cholestérolone. 

Les données obtenues à partir de ce modèle transgénique (spécifiquement conçu pour exprimer un phénotype lipidique similaire à celui de l’homme) peuvent être pertinentes pour l’homme dans une perspective comparative.

Comment la molestérolone induit-elle la croissance musculaire?

Influence du Proviron sur la distribution des cellules satellites et la morphologie des fibres dans le muscle pectoral du poulet à maturation Allouh et all 2012:

“La cholestérolone est un stéroïde androgène synthétique anabolisant administré par voie orale, utilisé pour traiter l’hypogonadisme. Il est fréquemment fait état d’abus de molestérolone dans les sports humains et équins pour augmenter la masse et la force musculaires. 

Cependant, on dispose de peu d’informations sur la manière dont ce médicament exerce ses effets sur les muscles squelettiques. Les cellules satellites (SC) sont des cellules souches mononucléaires myogéniques qui contribuent à la croissance et à la réparation du muscle postnatal.

Comme l’activation des SC et la différenciation ultérieure en nouveaux myonucléus est un événement important pendant l’hypertrophie musculaire”.

Cette étude indique que le Proviron peut induire une hypertrophie des muscles squelettiques chez les oiseaux et que cela est en corrélation avec une augmentation du nombre de cellules satellites.

Nous suggérons que les cellules satellites sont des intermédiaires cellulaires clés pour l’hypertrophie musculaire induite par la cholestérolone.

Le traitement à la cholestérolone du syndrome de vieillissement masculin améliore les symptômes du bas appareil urinaire Dugeroglu et al 2014.

Son but était d’étudier les effets du Proviron sur la prostate chez les patients traités pour le syndrome de vieillissement masculin. Sa conclusion : “La cholestérolone s’est avérée être une alternative sûre dans le traitement du syndrome de l’homme vieillissant.

Elle a également amélioré les symptômes du bas appareil urinaire et la qualité de vie liée à la prostate”.

Des recherches plus récentes suggèrent que le Proviron améliore l’humeur.

 Une comparaison des effets antidépresseurs de la mésestérolone et de l’amitriptyline chez les hommes dépressifs a montré que ces médicaments étaient tout aussi efficaces pour réduire les symptômes de la dépression. Mais le Proviron a produit beaucoup moins d’effets secondaires indésirables que l’amitriptyline.

D’après la même étude : “On sait maintenant que l’une des principales fonctions physiologiques de la testostérone est d’affiner l’érection avec le désir sexuel, en terminant l’érection par un traitement émotionnel.

La thérapie de remplacement de la testostérone (TRT) a été décrite comme améliorant significativement la fonction cognitive dans la population générale, et aussi chez les hommes déprimés. 

Plus récemment, des symptômes négatifs chez les patients schizophrènes masculins ont également été mis en corrélation avec le niveau de testostérone sérique et un traitement de testostérone à court terme a été suggéré comme option thérapeutique chez les schizophrènes masculins. “

proviron muscle culturiste

La plupart des enfants détestent les extraits d’études scientifiques, mais je pense que vous devez voir celui-ci:

Les effets du Proviron sur le nombre de spermatozoïdes dans l’oligospermie idiopathique. Bhathena et tous: “Quarante hommes subfertiles atteints d’oligospermie idiopathique ont été traités au hasard avec du Proviron ou un placebo pendant plus de 4 mois. 

Une analyse séminale a été effectuée trois fois avant le traitement et deux fois après 16 semaines de traitement. On a constaté une augmentation significative du volume de sperme, de la concentration moyenne de spermatozoïdes et du nombre total moyen de spermatozoïdes par éjaculat (P inférieur à 0,01) avec le traitement à la mésestérolstérone.

Proviron pour les femmes

Traitement à long terme de l’anémie rénale par la molestérolone. Kraft D 1980:

 “Proviron”, 150 mg par jour par voie orale, a été administré à 26 patients (10 hommes, 16 femmes) atteints d’anémie rénale sous hémodialyse chronique (3 fois pendant 5 heures). Au début du traitement, les patients avaient été dialysés pendant au moins 6 mois dans des conditions stables: la carence en fer avait été exclue ou traitée. 

Pendant la période de traitement, une amélioration progressive de l’anémie a été observée. Après 39 mois, la concentration d’hémoglobine était passée de 74 +/- 4 g/l à 95 +/- 5 g/l, l’hématocrite de 0,22 +/- 0,01 à 0,28 +/- 0,02, et le nombre de globules rouges de 2,44 +/- 0,12 X 10(12)/l à 3,09 +/- 0,2 X 10(12)/l. 

Les effets secondaires étaient rares ; certains patients ont développé un appétit accru avec la prise de poids, tandis que certaines femmes ont développé de l’acné ou de l’hirsutisme. Le Proviron n’a eu aucun effet sur la fonction hépatique. Les résultats indiquent que le Proviron peut influencer favorablement l’anémie rénale et que les effets secondaires de ce dérivé de la testostérone ne sont pas de nature à interdire son utilisation chez les femmes”.

Ce qui a fait délirer une fille dans un forum de discussion : “L’hirsutisme n’est pas souhaité, mais c’était une dose de 150mg, alors que 10-25mg suffiront à faire accélérer la libido”.

Un bon ensemble d’études du Proviron que j’ai trouvé en ligne:

Suppression de l’indépendance de la province 

Ce fil fait référence au Proviron utilisé indépendamment à des fins non cycliques et non PCT, telles que l’augmentation de la force ou de l’agressivité en salle de musculation, la libido, le durcissement des muscles, etc. 

proviron

Je me suis souvent demandé si la suppression deviendrait un problème important lorsqu’elle est utilisée parfois pendant de longues périodes chez une personne dont l’environnement hormonal est normal, et si la PCT est nécessaire lorsqu’elle est utilisée de cette manière. J’ai mené un certain nombre d’études pour le savoir.

#1: L’effet du Proviron sur le nombre de spermatozoïdes, l’hormone de stimulation des follicules sériques, l’hormone lutéinisante, la testostérone plasmatique et le résultat chez les hommes oligospermes idiopathiques.

Deux cent cinquante hommes sous-fertiles atteints d’oligospermie idiopathique (nombre inférieur à 20 millions/ml) ont été traités à le Proviron (100-150 mg/jour) pendant 12 mois. Une analyse séminale a été effectuée à trois reprises et l’hormone lutéinisante (LH) provenant de la stimulation des follicules sériques et de la testostérone plasmatique a été analysée une fois avant le traitement et répétée à 3, 6, 9 et 12 mois après le début du traitement. 

Cent dix patients (44%) avaient un taux sérique de FSH, LH et de testostérone plasmatique normal, 85 patients (34%) avaient un taux sérique de FSH, LH et de testostérone plasmatique faible. Cent soixante-quinze patients (70 %) présentaient une oligospermie modérée (nombre de 5 à moins de 20 millions/ml) et 75 patients (30 %) une oligospermie sévère (nombre de moins de 5 millions/ml). 

Soixante-quinze patients modérément oligospermes ont montré une amélioration significative de la densité, du nombre total de spermatozoïdes et de la mobilité des spermatozoïdes après un traitement à la mésestérolstérone, alors que seulement 12% ont montré une amélioration dans le groupe des oligospermes sévères. 

La cholestérolone n’a pas eu d’effet dépressif sur les taux sériques faibles ou normaux de FSH et de LH, mais elle a eu un effet dépressif sur 25 % si les taux étaient élevés. Il n’y a pas eu d’effets indésirables significatifs sur les niveaux de testostérone ou la fonction hépatique. Cent quinze (46 %) grossesses ont eu lieu après traitement, 9 sur 115 (7,8 %) ont fait une fausse couche et 2 (1,7 %) ont eu une grossesse extra-utérine. 

La cholestérolone s’est avérée être la plus utile chez les patients dont le nombre de spermatozoïdes varie entre 5 et 20 millions/ml. Les personnes souffrant d’oligospermie sévère (moins de 5 millions) ne semblent pas bénéficier de cette thérapie.

NOTES: Un grand groupe a été utilisé, dont la plupart étaient hormonalement normaux. La LH a légèrement diminué si elle était élevée, mais cela n’est pas vraiment pertinent car les niveaux de testostérone n’ont pas montré de changement significatif chez tous les sujets de toute façon.

_________________________________________________________ 

#2 : Traitement au Proviron des patients atteints de patospermie

La réponse au Proviron , à une dose de 25 mg/jour, a été examinée chez 42 patients atteints de patospermie. Le traitement a duré 100 jours. La réponse prononcée au traitement par la cholestérolone a été observée dans les cas d’hypozoo- et d’oligozoospermie avec une faible teneur initiale en fructose dans l’éjaculat. La teneur en fructose a atteint son niveau normal après le traitement. 

Pendant la période thérapeutique, 11 épouses sont tombées enceintes. Les auteurs concluent que le Proviron n’influence pas les taux plasmatiques de FSH, LH et testostérone, elle n’a que des effets périphériques.

NOTES: Une faible dose sur une période décente de 3 mois. Il n’y a pas d’influence mesurable sur le HPTA.

_________________________________________________________ 

#3 : Cholestérol plasmatique, triglycérides, FSH et niveaux de testostérone de patients masculins normolipémiques ayant une fertilité diminuée et traités avec du Proviron.

Il n’y a pas eu de changement dans les niveaux de cholestérol, de triglycérides, de FSH et de testostérone dans le plasma de 24 hommes en bonne santé traités avec de la molestérolone pour infertilité sur une période de 6 mois. Les patients étaient normolipémiques et les doses quotidiennes étaient de 75 mg. Aucun effet secondaire n’a été observé. 

La cholestérolone semble avoir un effet androgène trop sélectif ou trop faible par rapport aux doses utilisées dans l’épreuve pour avoir une influence sur le métabolisme lipidique des hommes.

NOTES: Un groupe de taille décente, à nouveau en bonne santé, en plus d’être stérile. Une dose faible-moyenne sur une période assez longue. Là encore, aucune suppression significative.

__________________________________________________________ 

#4 : Les effets du Proviron sur les organes sexuels accessoires masculins, le spermiogramme, la testostérone plasmatique et la FSH.

42 patients externes de sexe masculin subfertiles ont été traités avec Proviron. La tératozoospermie oligoasthène modérée était la lésion la plus courante dans l’analyse du sperme. Le traitement n’a pas modifié la quantité de plasma FSH, de testostérone ou de phosphatase prostatique. La phosphatase acide et l’acide citrique présents dans le sperme ont montré une activité accrue avec le traitement à la cholestérolone.

 La quantité de fructose a diminué, probablement en raison de l’augmentation du nombre de spermatozoïdes, qui ont respectivement besoin de plus de fructose pour leur métabolisme. Le sperme de 93 % des patients s’est amélioré ou est resté inchangé. 30% des patients ont développé une normozoospermie. Six grossesses ont été réalisées.

 NOTES: Ici, en plus d’être stériles, les patients sont également alités. Les raisons de cette situation ne sont pas indiquées. La quantité de molestérolone dans la dose quotidienne ne l’est pas non plus. En soi, cette étude n’est presque rien, mais avec les études précédentes qui n’ont pas non plus détecté de changements endocriniens, elle peut être suggestive et doit donc être prise en considération.

__________________________________________________

#5 : Effet des androgènes non aromatisés sur les réponses de la LHRH et de la TRH dans l’insuffisance testiculaire primaire. Nous avons évalué les réponses de la gonadotrophine, de la TSH et de la LRP aux androgènes non aromatisants, au Provirion et à la fluoxymestrone, chez 27 patients atteints d’insuffisance testiculaire primaire. 

muscle culturiste

Tous les patients ont reçu un bolus de LHRH (100 microgrammes) et de TRH (200 microgrammes) au moment zéro. Neuf sujets ont reçu un autre bolus de THS à 30 minutes. Ces derniers ont reçu 150 mg de molestérolone par jour pendant 6 semaines.

Les autres sujets ont reçu de la fluoxymestérone à raison de 5 mg par jour pendant 4 semaines et de 10 mg par jour pendant 2 semaines. 

Le dernier jour de l’administration des androgènes, les sujets ont été réinterprétés avec la LHRH et le THS selon le même protocole. Par rapport aux témoins, les patients avaient des taux circulants normaux de testostérone, d’estradiol, de LRP et d’hormones thyroïdiennes.

 Cependant, les niveaux de base de LH, FSH et TSH, ainsi que les réponses des gonadotrophines à la LHRH et les réponses de la TSH et de la LPR à l’HRT, ont augmenté. L’administration de cholestérolone n’a produit aucune modification des stéroïdes, des hormones thyroïdiennes, des gonadotrophines ou de la LRP.

 Cependant, on a constaté une réduction de la sécrétion intégrée et progressive de TSH après le THS. L’administration de fluoxymestérone s’est accompagnée d’une réduction de la globuline liant la thyroïde (avec des diminutions associées de la T3 et des augmentations de l’absorption de la résine T3). Le taux de T4 libre n’a pas été modifié, ce qui implique que la fonction thyroïdienne n’a pas été modifiée. 

En outre, pendant l’administration de la fluoxymestérone, on a constaté une réduction de la testostérone, des gonadotrophines et de la réponse de la LHH à la LHRH. La TSH basale est restée inchangée, mais on a observé une réduction de la réponse de pointe et de la TSH intégrée au THS. Les niveaux de LRP sont restés inchangés pendant le traitement à la fluoxymesterone.

NOTES: C’est un peu différent, car ils ont également fait des injections de LHRH. Dans ce petit groupe de sujets, Proviron n’a pas modifié de manière mesurable la réponse de la LH et de la FSH (et éventuellement de la testostérone) à la LH-RH après avoir été pris à une dose moyenne pendant plusieurs semaines. C’est bon à savoir.

__________________________________________________ __________ 

Le tableau suivant montre la suppression avec l’utilisation de Proviron: 

#6 : Les effets du Proviron, une hormone sexuelle masculine chez les patients dépressifs. Résumé Sur la base de profils EEG informatisés et à forte dose (CEEG), les propriétés antidépressives du Proviron, un androgène synthétique, ont été prédites. 

Dans une étude contrôlée par placebo, les effets cliniques de 300-450 mg par jour de molestérolone ont été étudiés chez 52 patients externes masculins dépressifs relativement jeunes (âgés de 26 à 53 ans, moyenne de 42,7 ans). Au cours des six semaines de traitement à la mésestérolstérone, on a constaté une amélioration significative de la symptomatologie de la dépression. 

Cependant, comme une amélioration a également été constatée lors du traitement par placebo, aucune différence statistiquement significative n’a été établie dans les effets thérapeutiques de la molestérolone par rapport au placebo. Le traitement à la cholestérolone a réduit de manière significative les niveaux de testostérone plasmatique et de testostérone liée aux protéines. 

Les patients ayant un taux de testostérone élevé avant le traitement semblent avoir tiré plus de bénéfices du traitement à la mésestérolstérone que les patients ayant un faible taux de testostérone. Le degré d’amélioration est faiblement corrélé à la diminution du taux de testostérone pendant le traitement à la cholestérolone. 

NOTES: Un groupe d’hommes d’âge moyen de taille décente a reçu 300-450 mg pendant plusieurs semaines. Cela représente au moins 2 à 3 fois la dose administrée dans les études précédentes. 

__________________________________________________ 

#7: La réponse hormonale à un androgène synthétique (Proviron) dans l’oligospermie. Résumé Quarante hommes subfertiles atteints d’oligospermie ont été traités avec un androgène synthétique (Proviron). L’effet du médicament a été évalué en mesurant la testostérone sérique, l’hormone lutéinisante (LH), l’hormone folliculo-stimulante (FSH) et en analysant le sperme avant et après le traitement. 

Les résultats ont montré que chez vingt-trois patients traités pendant 6 à 9 mois, il y a eu une diminution significative de la testostérone sérique (P inférieure à 0,01); la moyenne +/- du SEM avant et après le traitement était respectivement de 17,05 +/- 0,95 et 14,7 +/- 0,95 (nmol/l de sérum). 

On a constaté une augmentation prononcée de la LH sérique (P inférieur à 0,01), avec des valeurs de 2,73 +/- 0,26 et 3,61 +/- 0,3 (u/l) respectivement. Toutefois, aucune différence significative n’a été constatée dans la FSH sérique avant et après le traitement. La concentration de spermatozoïdes a montré une réponse variable au traitement. 

Chez vingt et un patients, on n’a constaté aucune modification ou aggravation de la concentration en spermatozoïdes, tandis que chez dix-neuf patients, on a observé une amélioration. L’analyse de la variance de la concentration et de la motilité des spermatozoïdes pendant les périodes pré et post-traitement chez tous les patients n’a montré aucune différence significative de la concentration des spermatozoïdes F1,145 = 2,82 (P=0,1). 

NOTES: Ce groupe a été traité pendant une longue période, avec une diminution de la testostérone, mais là encore, la dose utilisée est inconnue. Compte tenu de ce qui précède, on peut supposer qu’ils ont utilisé des doses élevées, comme au point 6. Curieusement, la LH est augmentée, mais cela peut être dû à sa nature pulsatoire, qui la rend plus difficile à mesurer avec précision. 

CONCLUSION: Si l’on examine tous les sujets des études 1 à 4, on constate un total de 358 ppl avec des systèmes d’endorphine fonctionnant normalement, pris entre 25 et 150 mg, parfois jusqu’à 12 mois ou plus, sans changement mesurable de la testostérone. Les études qui ont montré qu’ils étaient utilisés différemment ou probablement à très fortes doses. 

Des doses faibles à moyennes (25-150 mg) de proviron prises lorsque l’HPTA est pleinement efficace (lire : pas à la fin d’un cycle) ne suppriment pas de manière significative la testostérone. Cependant, les doses plus élevées ont tendance à le faire. 

C’est ce que l’on trouve normalement dans le réseau sur Proviron:

muscle

La cholestérolone a quatre utilisations différentes dans le monde du culturisme. Le premier est le résultat de sa structure.

Elle est réduite en 5-alpha et n’est pas capable de former des œstrogènes, mais a néanmoins une affinité beaucoup plus grande pour l’enzyme aromatase (qui convertit la testostérone en œstrogène) que la testostérone. 

Cela signifie que lorsqu’il est administré avec de la testostérone ou un autre composé aromatisant, il empêche l’accumulation d’œstrogènes car il se lie si fortement à l’enzyme aromatase, empêchant ainsi ces stéroïdes d’interagir avec elle et de former des œstrogènes. 

Par conséquent, l’utilisation de la cholestérolone a l’extrême avantage de réduire les effets secondaires œstrogéniques et la rétention d’eau observés avec d’autres stéroïdes, et à ce titre, contribue encore à apporter des gains de masse maigre. Il a également été suggéré qu’il peut réduire le récepteur d’œstrogènes réel, ce qui le rend doublement efficace pour réduire les niveaux d’œstrogènes en circulation.

La deuxième utilisation consiste à améliorer la puissance de la testostérone. La testostérone présente dans l’organisme à des niveaux physiologiques normaux est largement inactive.

Jusqu’à 97 ou 98 % de la testostérone en cette quantité est liée à la globuline liant les hormones sexuelles (SHBG) et à l’albumine, deux protéines. 

Sous cette forme, la testostérone est le plus souvent inactive. Mais comme l’enzyme aromatase, la DHT a une plus grande affinité pour ces protéines que la testostérone.

Ainsi, lorsqu’elle est administrée simultanément, le  Proviron se lie à la SHBG et à l’albumine, laissant une plus grande quantité de testostérone libre de servir de médiateur pour des activités anaboliques telles que la synthèse de protéines.

 Elle contribue également à augmenter les profits. C’est également une autre partie de l’équation qui la rend inefficace en soi, puisqu’en se liant à ces protéines également, elle deviendrait un non-tissu dans le récepteur des androgènes.

Troisièmement, de la molestérolone est ajoutée dans les étapes précédant la compétition pour augmenter la dureté et la densité musculaires distinctives.

Probablement en raison de la réduction des oestrogènes circulants, peut-être à cause de la diminution des récepteurs d’oestrogènes dans le tissu musculaire, il diminue l’accumulation totale d’eau dans le corps, donnant à son utilisateur un aspect beaucoup plus mince, et un effet visuel d’avoir des muscles “plus durs” avec plus de coupures et de vergetures. 

Le Proviron est souvent utilisé comme un secret de dernière minute par de nombreux culturistes et tant les acteurs que les mannequins l’ont utilisé à maintes reprises pour donner une forme supérieure jour après jour, quand c’est nécessaire.

Comme l’autre composé méthylé de la DHT, la drostanolone, le Proviron est particulièrement puissante pour réaliser cet exploit.

Enfin, le Proviron est utilisé pendant un cycle de certaines hormones telles que la nandrolone, qui manque clairement de nature androgène, ou peut-être les hormones 5 alpha réduites qui n’ont pas les mêmes affinités que la DHT.

De tels composés, en pensant notamment au trenbolone, à la nandrolone et à d’autres, sont connus pour diminuer la libido. 

Limiter l’athlète aux performances sexuelles est l’issue logique. La DHT joue un rôle clé dans ce processus et est donc administrée en conjonction avec ces stéroïdes pour atténuer ou réduire cet effet secondaire gênant.

Le Proviron est également couramment prescrit par les médecins aux personnes ayant un faible taux de testostérone ou aux patients souffrant d’impuissance chronique. 

Il n’est pas perçu comme un anabolisant puissant, mais il fait le travail tout aussi bien, sinon mieux, que les autres stéroïdes anabolisants, ce qui en fait un favori dans les pratiques médicales en raison de sa faible probabilité d’abus.

TU POURRAIS L'AIMER AUSSI

sarm
Articles

Guide complet des SARM en culturisme

Les modulateurs sélectifs des récepteurs d’androgènes (SARM) sont devenus un mot à la mode ces dernières années parmi un large éventail de personnes : des

Lire la suite

Laisser un commentaire