oestrogenes

Comment éviter l’excès d’oestrogènes?

Que pouvez-vous faire pour éviter l’excès d’oestrogènes ?

La plupart des jeunes hommes redoutent le jour où leurs abdominaux de pack de six se gonfleront pour former un ventre de bière permanent, où ils auront des seins qui pousseront et où ils perdront leur libido.

Est-il inévitable de ressembler à cela quand on a atteint l’âge mûr? Les grandes entreprises pharmaceutiques voudraient nous faire croire cela.

Mais il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire vous-même pour empêcher une telle transformation du corps.

Le déclin de la testostérone, qui se produit naturellement avec l’âge, a longtemps été considéré comme l’unique raison de ces transformations à l’âge moyen.

Cependant, de nouvelles données du Massachusetts General Hospital suggèrent que l’oestroggènes- plus souvent associé à la ménopause féminine – joue un rôle dans certains symptômes de l'”andropause” chez les hommes.

exces d'oestrogenes

L’idée de la ménopause masculine s’est solidifiée dans la culture médicale ces dernières années, ce qui s’est accompagné d’une augmentation considérable des prescriptions de suppléments de testostérone par les médecins.

Une augmentation de 500 % des prescriptions a été enregistrée entre 1993 et 2000, et cette tendance s’est poursuivie au cours de la décennie suivante.

Ce boom des suppléments s’est produit, bien que l’on ne comprenne pas complètement pourquoi une déficience en testostérone provoque des symptômes physiques – comme la perte musculaire, la prise de poids, la baisse de la libido et la fatigue – chez les hommes d’âge moyen.

La graisse abdominale sous-cutanée agit comme une glande sécrétoire, produisant et émettant souvent des niveaux excessifs d’estradiol dans le sang d’un homme vieillissant.

Le tour de taille est une mesure pronostique très précise du risque de maladie futur, l’excès de sécrétion d’oestradiol étant au moins l’un des mécanismes mortels associés au problème difficile à résoudre de l’excès de graisse abdominale.

Les symptômes de l’excès d’oestroggènes chez les hommes vieillissants comprennent le développement des seins, un poids abdominal trop important, une sensation de fatigue, une perte de masse musculaire et des troubles émotionnels.

En 2013, au moins 2,3 millions de prescriptions de testostérone par an sont rédigées pour les hommes, et l’utilisation de la testostérone chez les hommes âgés devrait augmenter, compte tenu des tendances actuelles. 

En raison de la popularité des suppléments de testostérone sur le marché américain, les statistiques des hommes américains qui ont reçu de tels médicaments à base de testostérone ont triplé et le traitement de remplacement a atteint un point où il représente près de 2 milliards de dollars pour l’industrie.

Le vieillissement masculin s’accompagne d’une diminution de la masse musculaire maigre et de la force, de la densité minérale osseuse, de l’énergie et de la fonction sexuelle. 

On note également une augmentation de la masse grasse.  On peut diagnostiquer l’hypogonadisme chez les hommes âgés, et de plus en plus nombreux sont ceux à qui l’on prescrit une thérapie à la testostérone.

Les recherches menées par Joel Finkelstein et ses collègues du Massachusetts General Hospital donnent un aperçu plus détaillé des différents rôles de la testostérone et de l’oestradiol dans la composition corporelle, la force et la fonction sexuelle des hommes.

Une nouvelle recherche menée par le Dr Joel Finkelstein du Sunnybrook Research Institute tente de distinguer les effets de l’oestrogènes et de la testostérone sur les performances sexuelles masculines, la masse maigre et grasse, la taille musculaire, et aussi de déterminer les niveaux de testostérone nécessaires à la santé.

La recherche implique que la diminution des niveaux de testostérone peut signifier une diminution de la force, de la masse maigre et de la taille musculaire.

S’il n’y a pas de conversion de la testostérone en oestrogènes, cela peut signifier une augmentation de la masse grasse. Et l’absence de ces deux facteurs déclenchera une baisse de la libido sexuelle.

Cette étude est importante car elle dissèque les rôles de la testostérone et de l’oestrogènes dans la composition corporelle, la force et la fonction sexuelle des hommes.

La carence en testostérone chez les hommes est responsable de la diminution de la masse maigre, de la taille des muscles et de la force, tandis que la carence en oestrogènes est principalement responsable de l’augmentation de la graisse corporelle

Les résultats montrent qu’un faible niveau de testostérone déclenche une baisse de la libido.

Mais la testostérone doit baisser de manière significative avant que les dysfonctionnements sexuels affectant la capacité d’érection ne soient perceptibles. Voici un article sur les dysfonctionnement érectile moderne.

La recherche implique que la baisse des niveaux de testostérone peut signifier une diminution de la force, de la masse maigre et du volume musculaire.

S’il n’y a pas de conversion de la testostérone en oestrogène, cela peut signifier une augmentation de la graisse corporelle.

Et l’absence de ces deux éléments déclenchera une baisse de la libido sexuelle. Plus d’informations sur cette étude plus loin dans ce blog.

De plus, un taux de testostérone très faible entraîne également une diminution de la force de la masse maigre dans les jambes et de la taille des muscles des cuisses.

Loestrogène en lui-même n’a pas d’impact sur la taille des muscles, la force des jambes ou la masse maigre. En revanche, lorsque la production d’oestrogènes est bloquée, il en résulte une augmentation de la masse grasse, quel que soit le niveau de testostérone.

Dans le cas contraire, une légère diminution du taux de testostérone entraînerait une augmentation de la masse grasse

Le taux de testostérone sérique diminue progressivement avec le vieillissement des hommes, à partir de 35 à 40 ans environ, mais le degré de cette diminution, ainsi que l’ampleur des changements cliniques associés, sont variables.

Ce déclin lié à l’âge a été confirmé par plusieurs études transversales et longitudinales et résulte d’un dysfonctionnement de l’axe hypothalamo-hypophyso-testiculaire.

L’importance clinique de ce déclin est toutefois controversée. Reconnaître cette variabilité et comprendre ce qui peut être considéré comme des changements dans les fonctions corporelles dus au “vieillissement normal” par rapport à une déficience en testostérone (ou androgène) liée à l’âge et potentiellement traitable est crucial pour les soins aux hommes âgés.

Le rôle de l’évaluation des niveaux de testostérone et leur signification clinique sont passés en revue ici.

Le vieillissement est associé à une diminution de la concentration sérique totale de testostérone, à une augmentation de la concentration de globuline liant les hormones sexuelles (SHBG) et à une diminution de la testostérone libre.

Dans une grande étude transversale portant sur plus de 3000 hommes âgés de 40 à 79 ans, la concentration de testostérone sérique a diminué de 0,4 % par an, la concentration de testostérone libre de 1,3 %.

Dans une autre étude, sur 890 hommes, les niveaux totaux de testostérone étaient <325 ng/dL (considérés comme déficients en androgène) chez 20%, 30% et 50% des hommes âgés de 60, 70 et 80 ans, respectivement.

La testostérone libre est considérée comme la forme biologiquement active de l’hormone. Avec le vieillissement des hommes, le taux de SHBG augmente, liant davantage de testostérone et laissant moins de testostérone libre disponible pour agir sur les tissus cibles.

Il n’y a cependant aucune uniformité dans la manière dont les hommes vieillissants réagissent à ce milieu hormonal changeant. En conséquence, une controverse existe quant à savoir s’il s’agit d’un état pathologique.

Lorsqu’il s’agit d’une faible teneur en testostérone, qu’est-ce qu’une sénescence normale? Qu’est-ce qu’une maladie?

Les symptômes et les signes suggérant une carence en androgènes chez les hommes âgés comprennent une baisse de la libido, une faible densité minérale osseuse et une perte de taille, et, moins spécifiquement, une baisse d’énergie, l’anémie, une humeur dépressive, une réduction de la force et de la masse musculaire et une augmentation de la graisse corporelle.

Lorsque ces signes et symptômes accompagnent des niveaux significativement plus faibles des deux types de testostérone, le patient peut être diagnostiqué avec un hypogonadisme tardif.

Les seuils pour la définition d’un faible taux de testostérone varient, bien que les valeurs généralement acceptées soient ≤200 ou ≤300 ng/dL de testostérone totale.

oestrogenes

Contrairement aux hommes plus jeunes atteints d’hypogonadisme qui présentent de façon évidente un dysfonctionnement gonadique spécifique (par exemple, un développement sexuel incomplet ou retardé, une infertilité), les hommes plus âgés présentent des symptômes non spécifiques qui peuvent fréquemment être causés par d’autres troubles courants.

Par exemple, dans la plus grande étude longitudinale sur la déficience en testostérone, les chercheurs ont découvert que jusqu’à 25 % des hommes âgés qui se plaignaient de dysfonctionnement sexuel, y compris de baisse de libido et de dysfonctionnement érectile, avaient un taux de testostérone normal pour leur âge.

À la lumière de ces résultats, quelle est la meilleure approche pour les patients qui peuvent ou non avoir besoin d’un traitement?

L’Endocrine Society a mis à jour ses directives cliniques sur l’évaluation et le traitement des carences en androgènes en 2010. Elle a proposé une approche pratique pour évaluer la carence en testostérone chez les hommes âgés qui présentent une libido faible, une baisse d’énergie, une humeur dépressive, de l’ostéoporose ou une fracture récente.

Si un clinicien suspecte une déficience en testostérone, la première étape doit comprendre un dosage matinal de la testostérone totale.

Si le taux est <300 ng/dL, le test doit être répété deux fois pour tenir compte des fluctuations. Si les niveaux restent en dessous de ce seuil, le patient doit être évalué pour une maladie hypophysaire ou testiculaire.

Si ces derniers sont écartés, un hypogonadisme primaire tardif peut être diagnostiqué et un traitement androgène peut être envisagé.

À ce jour, il existe relativement peu d’études bien conçues et de grande envergure sur l’hypogonadisme chez les hommes âgés.

Pour mieux comprendre s’il s’agit d’un syndrome clinique distinct, il faudrait que les futurs essais soient en mesure d’évaluer si la carence en testostérone chez les hommes âgés permet de prédire indépendamment des résultats importants tels que l’ostéoporose, la force musculaire, les troubles de l’humeur et le dysfonctionnement sexuel.

C’est ainsi que nous serons mieux informés lorsque nous essaierons de faire progresser le traitement. L’obésité est fortement liée à un faible taux de testostérone chez les hommes.

exces d'oestrogenes

Parler de baisse de libido, de dysfonctionnement érectile, de gynécomastie et d’accumulation de graisse vous semble familier, n’est-ce pas?

Cela arrive à de nombreux hommes pendant ou après le cyclisme ou après un PCT.

Certains sont tellement déprimés et léthargiques qu’ils perdent le désir d’aller à la gym.

La même chose se produit parfois aussi en dehors de la saison, lorsque les hommes font la fête trop longtemps et mangent et boivent tout ce qu’ils veulent. Le principe de l’engraissement – gagner plus d’aromatase et donc gagner encore plus de graisse – ne se limite pas à la vieillesse.

Il s’applique également aux jeunes qui font de la gymnastique. Et de plus en plus aux adolescents. Elle est due à un rapport T/E perturbé.

Cela n’est pas seulement dû à la conversion des oestrogènesaprès l’administration de testostérone, mais peut également être causé par des influences liées au “mode de vie” (alcool excessif, malbouffe, etc.), ce qui affecte également les niveaux d’oestrogènes.

L’obésité chez l’homme est associée à des niveaux réduits de testostérone libre et totale et à des niveaux élevés d’oestradiol.  Dans un cercle vicieux, l’augmentation de l’obésité abdominale aggrave l’hypogonadisme, et sans une réponse compensatoire des gonadotrophines, l’hypogonadisme aggrave l’obésité.

L’aggravation de l’obésité s’accompagne d’une augmentation de l’activité de l’aromatase dans le tissu adipeux, qui transforme rapidement la testostérone en œstradiol.

Un faible taux de testostérone a de nombreux effets néfastes sur la santé en général. La libido et la fonction sexuelle sont diminuées, ce qui entraîne une baisse de l’activité sexuelle.

Les effets psychologiques de l’hypogonadisme comprennent une humeur dépressive, une baisse d’énergie et une altération de la cognition. Les conséquences physiques sont une diminution de la densité osseuse et un risque accru de syndrome métabolique.

L’impact potentiel d’un taux élevé d’oestradiol sur la santé des hommes comprend un risque accru de maladies cardiovasculaires, notamment d’accidents vasculaires cérébraux et de maladies artérielles périphériques des membres inférieurs (MAP). 

Abbott et al ont constaté que les hommes se situant dans le quintile supérieur des concentrations d’oestradiol courent un risque nettement plus élevé d’accident vasculaire cérébral, même après ajustement

Ce résumé donne un aperçu de quatre documents de recherche qui traitent du lien entre l’obésité et les faibles niveaux de testostérone (également connu sous le nom d’hypogonadisme): un examen axé sur l’association entre l’obésité, le diabète et les faibles niveaux de testostérone, et trois études cliniques.

Les études ont examiné la relation entre l’indice de masse corporelle (IMC) et les niveaux de testostérone chez les hommes, et les effets de la perte de poids sur les niveaux de testostérone dans un groupe d’hommes très obèses (IMC > 40 kg/m2) subissant une opération de perte de poids ; le lien entre l’obésité et les niveaux de testostérone chez les jeunes hommes âgés de 14 à 20 ans ; et la relation entre les facteurs de santé et de style de vie, y compris la perte de poids, et les niveaux de testostérone chez les hommes en vieillissant.

Principales conclusions

  • L’obésité est une cause majeure des faibles niveaux de testostérone
  • L’hypogonadisme se retrouve chez 75% des hommes considérés comme très obèses (IMC >40 kg/m2)
  • Le lien entre l’obésité et un faible taux de testostérone se retrouve chez les hommes de tous âges, même chez les jeunes hommes et les adolescents
  • La baisse fréquente de la testostérone observée chez les hommes âgés n’est pas due à l’âge, mais plutôt à l’augmentation du poids corporel 
  • Les baisses de testostérone observées chez les hommes en vieillissant peuvent être inversées grâce à une perte de poids

Les changements de la fonction hypothalamo-hypophyso-testiculaire associés à l’âge chez les hommes d’âge moyen et plus âgés sont modifiés par le changement de poids et les facteurs liés au mode de vie: résultats longitudinaux de l’étude européenne sur le vieillissement masculin. Camacho EM, Huhtaniemi IT, O’Neill TW, et al. Eur J Endocrinol 2013;168(3):445-455.

Déterminants de la récupération de la testostérone après une chirurgie bariatrique: s’agit-il seulement de la réduction de l’indice de masse corporelle? Luconi M, Samavat J, Seghieri G, et al Fertil Steril 2013;99(7):1872-1879.

Concentrations de testostérone chez les jeunes hommes obèses pubères et post-pubères. Mogri M, Dhindsa S, Quattrin T, et al Clin Endocrinol (Oxf) 2013;78(4):593-599.

Le rôle de l’obésité et du diabète sucré de type 2 dans le développement de l’hypogonadisme secondaire associé à l’obésité masculine. Saboor Aftab SA, Kumar S, Barber TM. Clin Endocrinol (Oxf) 2013;78(3):330-337.

Stéroïdes gonadiques et composition corporelle, force et fonction sexuelle chez l’homme.

Finkelstein et all 2013. Il s’agit d’une étude très intéressante pour nous, culturistes, car elle montre la différence entre la réponse à la dose de testostérone et le placebo et l’utilisation concomitante de l’Anastrozole, un inhibiteur de l’aromatase de troisième génération.

anastrazole

198 hommes en bonne santé âgés de 20 à 50 ans qui ont reçu de l’acétate de goséréline pour supprimer la testostérone endogène et l’œstradiol.

Ils ont randomisé les sujets pour recevoir un gel placebo ou 1,25, 2,5, 5 ou 10 grammes de gel de testostérone par jour pendant 16 semaines. 

202 autres hommes en bonne santé ont reçu de l’acétate de goséréline, un gel placebo ou un gel de testostérone et de l’anastrozole (un inhibiteur de l’aromatase pour supprimer la conversion de la testostérone en estradiol).

Plus de 80 % de l’oestradiol circulant chez les hommes provient de la conversion de la testostérone, ont noté les chercheurs, de sorte que la diminution des niveaux de testostérone sérique s’accompagne d’une baisse des niveaux d’oestradiol sérique. “

Néanmoins, les conséquences de l’hypogonadisme masculin sont couramment attribuées uniquement à la carence en androgènes ; le rôle potentiel de la baisse concomitante des oestrogènes est généralement ignoré”, ont-ils observé.

Chez les hommes qui n’ont pas reçu d’anastrozole (cohorte 1), le pourcentage de graisse corporelle a augmenté de manière significative chez ceux qui ont reçu un placebo ou 1,25 ou 2,5 grammes de testostérone par jour, par rapport aux sujets qui ont reçu 5 grammes de testostérone par jour. 

oestrogenes

La masse maigre a diminué de manière significative chez les hommes qui ont reçu un placebo ou 1,25 gramme de testostérone par jour, par rapport aux hommes qui ont reçu 2,5, 5 ou 10 grammes de testostérone par jour. 

Seuls les receveurs de placebo ont connu une diminution de la force de pression des jambes.

Dans la cohorte 2, le pourcentage de graisse corporelle a augmenté dans tous les groupes. Les amplitudes de ces augmentations étaient similaires avec le placebo et 1,25, 5 et 5 grammes de testostérone par jour, une constatation qui suggère un effet principalement œstrogénique.

La masse maigre totale du corps a diminué de manière significative chez les hommes qui ont reçu le placebo par rapport à ceux qui ont reçu 1,25, 2,5 et 10 grammes de testostérone par jour, “une constatation qui implique un effet indépendant de la testostérone”.

La surface grasse sous-cutanée a augmenté dans tous les groupes de la cohorte 2, bien que seule la comparaison des changements entre les groupes ayant reçu des doses de 1,25 et 10 grammes ait été significative.

La surface des muscles de la cuisse a diminué de manière significative chez les hommes qui ont reçu le placebo par rapport aux hommes qui ont reçu l’une des quatre doses de testostérone, a rapporté le groupe du Dr Finkelstein.

La force de pression des jambes a diminué de manière significative chez les hommes qui ont reçu le placebo par rapport à ceux qui ont reçu les trois doses de testostérone les plus élevées.

Dans la cohorte 1, le désir sexuel a diminué progressivement avec la diminution des doses de testostérone.

La fonction érectile s’est détériorée de manière significative chez les hommes qui ont reçu le placebo par rapport à ceux qui ont reçu la testostérone, et a diminué davantage chez les hommes qui ont reçu 1,25 grammes de testostérone par jour que chez ceux qui ont reçu les trois doses les plus élevées.

Dans la cohorte 2, le désir sexuel a diminué de manière significative chez les hommes qui ont reçu le placebo par rapport aux hommes des trois groupes ayant reçu la dose la plus élevée, et a diminué davantage chez les hommes qui ont reçu 1,25 grammes de testostérone par jour que chez les sujets des deux groupes ayant reçu la dose la plus élevée.

La fonction érectile a davantage diminué chez les hommes qui ont reçu le placebo que chez ceux qui ont reçu la testostérone.

“Notre constatation que les oestrogènes jouent un rôle fondamental dans la régulation de la graisse corporelle et de la fonction sexuelle, associée aux preuves d’études antérieures sur le rôle crucial des oestrogènes dans le métabolisme osseux, indique que la carence en oestrogènes est largement responsable de certaines des principales conséquences de l’hypogonadisme masculin et suggère que la mesure de l’oestradiol pourrait être utile pour évaluer le risque de dysfonctionnement sexuel, de perte osseuse ou d’accumulation de graisse chez les hommes atteints d’hypogonadisme”, ont écrit les auteurs.

Les SERM et les inhibiteurs de l’aromatase (IA)

Nous avons vu la différence que fait une IA, lorsqu’elle prend un cycle. De nombreux culturistes utilisent des SER comme Nolvadex avec une IA de troisième classe.

Beaucoup utilisent des suppléments souterrains et ont fait des IA sous forme de liquides, sans faire de déclaration Je voudrais publier ces résultats d’analyse.

11

Cependant, les forums de discussion sur le culturisme ont émis l’hypothèse qu’un complément alimentaire appelé Esto Suppress contient du tamoxifène parce que l’étiquette mentionnait l’un de ses noms chimiques .

Quatre échantillons ont été achetés à différents moments entre fin 2011 et début 2012 et ont été analysés à l’aide d’étalons de référence et de la chromatographie en phase gazeuse couplée à des détecteurs d’ionisation de flamme et de spectrométrie de masse.

Le tamoxifène a été trouvé dans les échantillons 1 (3,8 mg), 2 (0,9 mg) et 3 (3,0 mg), mais pas dans l’échantillon 4. L’étiquette du produit suggérait un dosage de deux capsules par jour, ce qui, dans le cas de l’échantillon 1, aurait pu fournir 7,6 mg de tamoxifène ; 10-20 mg sont utilisés cliniquement pour le traitement de la gynécomastie.

On ne sait pas si l’Esto Suppress actuellement commercialisé contient encore du tamoxifène.

Esto Suppress contenant du tamoxifène. L’étiquette ne mentionne le tamoxifène que par son nom chimique

(Z)-1-(p-diméthylaminoéthoxyphényl)-1,2-diphényl-1-butène. Le nom systématique du tamoxifène est (Z)-2-(4-(1,2-diphénylbut-1-én-1-yl)phénoxy)-N,N-diméthyléthan-1-amine

TU POURRAIS L'AIMER AUSSI

sarm
Articles

Guide complet des SARM en culturisme

Les modulateurs sélectifs des récepteurs d’androgènes (SARM) sont devenus un mot à la mode ces dernières années parmi un large éventail de personnes : des

Lire la suite

Laisser un commentaire