marijuana culturisme

La marijuana et le culturiste… Y a-t-il un rapport?

De nos jours, de nombreuses personnes consomment des drogues récréatives pour diverses raisons. La plupart des culturistes consomment également des drogues.

Certains en prennent pour soulager les douleurs musculaires (DOMS). Mais il existe de nombreuses autres raisons. Certains les utilisent pour se détendre ou pour dormir, pour manger, pour lutter contre les douleurs articulaires, tendineuses et musculaires.

Et pour beaucoup, la plupart des culturistes et des sportifs de haut niveau ne consomment pas d’alcool, mais utilisent de la marijuana, du GHB, de la cocaïne ou de l’XTC pour rejoindre les joyeux buveurs pendant les week-ends ou les fêtes.

La plupart des culturistes sont polypharmaciens, ils empilent toutes sortes de stéroïdes, d’anti-œstrogènes, de diurétiques, d’hormones de croissance, d’insuline et utilisent la plupart du temps des drogues supplémentaires pour les raisons décrites ci-dessus.

Certains sont devenus accros aux analgésiques comme la Nubaïne. Ils ont commencé à en prendre pour pouvoir faire de l’exercice plus intensément.

Mais cet article est destiné à couvrir l’utilisation de la marijuna chez les culturistes. J’ai fusionné quelques articles et certaines de mes propres expériences.

marijuana

Si vous avez pratiqué le culturisme pendant un certain temps, vous vous êtes probablement rendu compte à un moment donné que les drogues et le culturisme vont de pair, comme une paire d’haltères de 50 livres.

Je ne parle pas de “drogues de culture” (ou, comme l’appelle le champion de culturisme Flex Wheeler, de “drogues de technologie sportive”), mais de drogues dites récréatives.

La première fois que j’ai regardé Pumping Iron, c’était à l’âge de 13 ans. Je me souviens de la toute première fois où j’ai vu Pumping Iron et que je suis arrivé sur les lieux de la fête d’anniversaire de Louie.

Arnold était allongé sur un canapé, portant une chemise “Arnold is numbero uno”, et fumait un joint.

Je me souviens encore que je me suis dit qu’il était incongru qu’Arnold, M. Olympia, fume en public de l’herbe, une drogue. J’ai perdu cette naïveté il y a de nombreuses années…

Depuis, j’ai fait de la gym pendant 16 ans et j’ai eu plusieurs partenaires d’entraînement stone. Vous pensez peut-être qu’il est dangereux de se faire repérer par un partenaire d’entraînement défoncé, et vous avez peut-être raison.

Je pense que cela dépend surtout de la drogue que votre partenaire d’entraînement prend actuellement. D’après mon expérience, la marijuana et la musique heavy metal produisent généralement un partenaire d’entraînement étonnamment concentré; mais s’il écoute Bob Marley, attention…

Beaucoup de gens sont conscients du fait que la plupart des histoires sur la marijuana datent des années 60 et 70.

Dans ces années-là, la marijuana était très douce et on pouvait facilement la fumer 24 heures sur 24. Aujourd’hui, la marijuana est devenue de plus en plus forte.

Le gouvernement néerlandais veut rendre la vente de cannabis lourd (teneur en THC de 15 % ou plus) illégale.

Le THC est l’ingrédient actif du cannabis. C’est une abréviation de la substance Δ9-tetrahydrocannabinol (delta-nine-tetrahydrocannabinol).

Les substances avec d’autres substances (cannabinoïdes) dans le cannabis déterminent le niveau d’une sensation d’euphorie et de défonce.

La quantité de THC dans les différentes souches de cannabis (Purple Haze, White Widow) peut varier.

Comme le THC est le principe actif, on dit que le cannabis contenant beaucoup de THC est fort et celui qui en contient peu est faible. 

En général, le haschisch et la marijuana néerlandais sont beaucoup plus forts que le cannabis étranger. Mais même si vous achetez à chaque fois le même type de cannabis, la concentration en THC est différente.

Vous trouverez ci-dessous un diagramme indiquant la force des différents types de cannabis en 2008 et 2009, et probablement encore aujourd’hui. La quantité de THC est indiquée en pourcentage.

Plus le pourcentage est élevé, plus la variété de cannabis est forte.

Les chercheurs ont déterminé les niveaux de THC dans différents coffee shops aux Pays-Bas, à partir de plusieurs types de marijuana et de haschisch.

En 1999/2000, la teneur moyenne en THC du cannabis était de 8,6 %, elle est maintenant de 15,1 %. En 2003/2004, il était encore plus élevé, à 20,4 %.

La teneur en THC n’augmentera probablement plus beaucoup à l’avenir.

Il est rare qu’un culturiste ne prenne qu’un seul stéroïde. En général, les culturistes prennent plusieurs stéroïdes en même temps que d’autres médicaments illégaux et sur ordonnance(2).

Un rédacteur en chef d’une publication sur le culturisme l’a exprimé ainsi:

“Ils passent leurs journées dans une existence anesthésiée, engourdis par les réalités du monde.  Ils sont défoncés… quand ils s’entraînent, quand ils mangent, quand ils dorment et surtout quand ils sont sur scène. 

C’est vrai, sur scène!  Regardez bien votre culturiste préféré la prochaine fois que vous le verrez sur scène ou en train de marcher sur l’Expo d’un grand spectacle”(3)

John Romano l’a formulé ainsi :

“Certains culturistes se tapent un sac d’herbe ou un petit coup de temps en temps.  D’autres vont un peu plus loin, à Nubain et à d’autres analgésiques, au crystal meth, à l’ecstasy, au GHB, au special-K et en aspirant le bidon de whippet, souvent tous empilés ensemble. Il y a de fortes chances que si vous prenez de la drogue, vous en preniez”(4)

Une telle consommation de drogue peut ouvrir une porte sur un autre univers, au-delà du monde matériel. S’engager dans ce type de consommation de drogue peut rendre la réalité ordinaire plus terne en comparaison.

Sous l’influence de la drogue, ce monde a été appelé “monde des sorciers”, un monde habité par des entités qui peuvent se déguiser sous la forme qui leur convient le mieux(5).

Et pas d’étonnement, car Satan lui-même est transformé en ange de lumière.

– 2 Corinthiens 11:14(KJV)

Les drogues peuvent transporter un culturiste dans un état de conscience altéré et, pendant cet état, il est possible d’être possédé par un démon.

Les scientifiques, les psychologues et autres chercheurs reconnaissent de plus en plus ce type de possession démoniaque(6).

John Lilly, l’inventeur du réservoir d’isolement, est l’un des nombreux chercheurs qui ont réalisé le lien entre les drogues et l’occultisme(7).

Les drogues sont souvent utilisées pour appeler les esprits par des incantations et des mantras magiques(8).

Les chamans entrent dans un état de conscience altéré par l’utilisation de drogues pour obtenir un guide spirituel. Ces substances ont fait entrer les usagers dans une autre dimension habitée par les “esprits” qui les ont habilités et guidés(9).

Sous l’influence de drogues comme la marijuana, et même de médicaments délivrés sur ordonnance, la connexion normale entre le cerveau et l’esprit humain peut être relâchée et permettre à un esprit démoniaque de faire fonctionner le cerveau(10).

Un consommateur de drogue a déclaré :

“J’ai pris des doses assez faibles juste pour m’amuser… mais quand j’ai commencé à prendre des doses vraiment fortes… j’ai eu un guide spirituel… Après cela, chaque fois que je prenais des drogues psychédéliques, j’étais toujours guidé par des êtres spirituels”(11)

Un autre consommateur de drogue qui entendait des voix s’est exprimé:

“Je sais ce que c’est que d’avoir été fou… l’enfer ! L’enfer dans mon esprit… Ce qui m’est arrivé, c’est si les portes de l’enfer vivant s’ouvraient et m’avalaient”(12)

Un consommateur quotidien de marijuana a déclaré:

Je fume de l’herbe tous les jours… J’ai vu des visions sortir de nulle part… C’est là que votre esprit peut vomir les images les plus… horribles.

C’est là que les démons t’attrapent. Peu de gens parlent de ça… tu vas finir par en arriver au point où les démons viennent et j’ai vu les… démons.”(13)

Des générations de jeunes ont été entraînées sans le savoir dans la sorcellerie. Ils pensaient qu’ils ne faisaient que s’amuser avec des “drogues récréatives” pour ensuite être entraînés de façon séduisante dans le monde des sorciers(14).

C’est comme ça que ça m’est arrivé. Numéro après numéro des magazines de culturisme imprimant les noms et les dosages des médicaments mois après mois.

Finalement, j’ai cédé et j’ai décidé que je n’étais plus naturelle. Si c’est comme ça que les grands ont fait, j’allais les rejoindre…. J’ai appris à la dure.

Si vous avez pratiqué le culturisme pendant un certain temps, vous vous êtes probablement rendu compte à un moment donné que les drogues et le culturisme vont de pair, comme une paire d’haltères de 50 livres.

Je ne parle pas de “drogues de culture” (ou, comme l’appelle le champion de culturisme Flex Wheeler, de “drogues de technologie sportive”), mais de drogues dites récréatives.

La première fois que j’ai regardé Pumping Iron, c’était à l’âge de 13 ans. Je me souviens de la toute première fois où j’ai vu Pumping Iron et que je suis arrivé sur les lieux de la fête d’anniversaire de Louie.

Arnold était allongé sur un canapé, portant une chemise “Arnold is numbero uno”, et fumait un joint. Je me souviens encore que je me suis dit qu’il était incongru qu’Arnold, M. Olympia, fume en public de l’herbe, une drogue. J’ai perdu cette naïveté il y a de nombreuses années…

Depuis, j’ai fait de la gym pendant 16 ans et j’ai eu plusieurs partenaires d’entraînement stone.

Vous pensez peut-être qu’il est dangereux de se faire repérer par un partenaire d’entraînement défoncé, et vous avez peut-être raison. Je pense que cela dépend surtout de la drogue que votre partenaire d’entraînement prend actuellement.

D’après mon expérience, la marijuana et la musique heavy metal produisent généralement un partenaire d’entraînement étonnamment concentré; mais s’il écoute Bob Marley, attention…

Discutez de cet article dans le forum.

Notes de bas de page 

1. Ron Harris, “Killer Street Drugs And Bodybuilding The Truth, Beware the Scourge of Recreational Drugs that is Destroying the Lives of Too Many Bodybuilders ! Musclemag International, (décembre 2005), 162

2. Département américain de la santé et des services sociaux, National Institute on Drug Abuse, Research Monograph Series, Anabolic Steroid Abuse (1990), 1

3. Trevor Smith, “Nubain : The Dirty Little Secret”, Gear UZR, numéro 3, (été 2001), 7

4. John Romano, “The Rise And Fall of OxyContin, Brace Yourself for What’s Coming to a Gym Near You”, Muscular Development, (novembre 2001), 196 et 198

5. Dave Hunt, Occult Invasion, The Subtle Seduction of the World and Church, (Eugene, Oregon : Harvest House Publishers 1998), 68

6. Ibid, 69

7. Ibid, 68

8. Maurice S. Rawlings, M.D., To Hell And Back, (Nashville, TN : Thomas Nelson Publishers 1993), 126

9. Chasse, invasion occulte, 171 et 173

10. Ibid, 177

11. Ibid, 178

12. Transcription de 48 heures, CBS News Out of Control, (9 novembre), 2001

13. “How cocaine ate the music industry”, Q Magazine, (février 2001), 58

14. Chasse, invasion occulte, 177

TU POURRAIS L'AIMER AUSSI

sarm
Articles

Guide complet des SARM en culturisme

Les modulateurs sélectifs des récepteurs d’androgènes (SARM) sont devenus un mot à la mode ces dernières années parmi un large éventail de personnes : des

Lire la suite

Laisser un commentaire